Live News

Coronavirus : «Il faut revoir le protocole sur les points d’entrées dans le pays», suggère Arvin Boolell

«Il faut revoir le protocole sur les points d’entrées dans le pays ». C’est ce qu'a suggéré Arvin Boolell lors d'une conférence de presse, ce jeudi matin 6 février.

Le leader de l'opposition est revenu sur sa Private Notice Question (PNQ) qui était axée sur le nouveau coronavirus lundi.

Pour Arvin Boolell, «le gouvernement traite ce dossier avec une légèreté incroyable».

«Le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a dit qu’il n’y a pas une pandémie. Or, on est dans l'alerte rouge. On est dans une crise sans précédent. Quand on voit les suivis, le ministre de la Santé a dit que du 6 au 20 janvier, tout était normal. Mais, c’était une phase critique. (…) Il y a 5 000 personnes qui sont dans une phase critique pendant cette période. Il faut avoir un suivi sur ces personnes», avance le leader de l’opposition.

«Mise en place d’une Negative Pressure Room à l’hôpital Dr Jawaharlal Nehru»

Et d’ajouter que «les masques n'apportent aucune protection. Si on n'a pas les masques de N95, alors là les risques seront présents. Il faut revoir le protocole. Il n’y a pas de ‘hand sanitizer’ dans les hôpitaux. De plus, le rapport de la Commission de l’océan Indien (COI) avait recommandé la mise en place d’une Negative Pressure Room à l’hôpital Dr Jawaharlal Nehru », affirme Arvin Boolell.

Pour le leader de l'opposition, «il faut avoir une ‘isolation ward’ digne de ce nom, validée par des experts. En mars, la maladie va atteindre son 'peak'».

«La Chine est la deuxième plus grande puissance  économique. Il y a aussi ceux qui partent en Chine pour acheter leurs matières premières. Est-ce que le Premier ministre a rencontré les opérateurs économiques ? Avec le niveau de notre endettement, le directeur du Fonds monétaire international (FMI) va taper sur nous sur le secteur financier. De plus, la roupie ne cesse de déprécier. Quelles mesures le gouvernement apportera-t-il aux plus vulnérables ? Le Premier ministre prend tout à la légère. Et, on n'entend rien du côté du ministère du Commerce. C’est le gouvernement qui fait la moquerie de la démocratie parlementaire», a conclu Arvin Boolell.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP