Actualités

Controverse autour du choix d’une lauréate au QEC - Lucien Finette : «Il n’y a pas anomalie»

Lucien Finette

Jane Lutchmaya et Eshan Dinally ainsi que leurs quatre invités ont commenté les explications du Cambridge Assessment International Education sur les critères pour la désignation des lauréats. C’était au cours de l’émission ‘Au cœur de l’info’, mardi.

Lucien Finette : « Il n’y pas anomalie »

Le Prof. Lucien Finette, ex-directeur du MES, souligne qu’il y a trois listes : « La liste des lauréats, la liste par filière et la liste des 500. La liste des lauréats dépend de la liste par filière et les bourses sont distribuées selon leur disponibilité. »

« La liste des 500 est un classement pour le HSC. Elle sert à distribuer les différentes bourses, comme celle du critère social. »

Nusayah Bibi Hingah : « La lettre de Cambridge n’a aucune signification »

Nusayah Bibi Hingah ne figure pas parmi les lauréates. Le Media Statement du Cambridge Assessment International Education est catégorique. L’ancienne élève du Queen Elizabeth College (QEC) déplore que le document remis par la directrice du Mauritius Examinations Syndicate (MES), mardi soir, ne comporte aucune signature.

« Le statement parle de ‘rules and guidelines’ : or, nous ne connaissons pas les critères choisis pour désigner les lauréats. Je ne suis pas convaincue, il n’y a aucune transparence et aucune explication sur mon cas. Tout est général. La lettre de Cambridge n’a aucune signification. »

Nusayah Bibi Hingah souligne qu’elle n’a aucun problème avec la lauréate Rabiah Ibrahim Bahemia. « Elle reste ma meilleure amie, notre relation n’a été salie en aucune façon. Je garde espoir que les choses se rétabliront… »

Issue d’une famille modeste, Nusayah Bibi Hingah souhaite étudier la médecine. Être lauréate lui aurait permis de réaliser ce rêve.

Rabiah Ibrahim Bahemia déplore les commentaires sur les réseaux sociaux

La lauréate Rabiah Ibrahim Bahemia exprime sa sympathie envers son amie Nusayah et fustige les commentaires sur les réseaux sociaux et dans les journaux. « Les gens ne pensent pas à l’impact de ces commentaires ‘morally damaging’. Au lieu de célébrer mes résultats en famille, je vis des moments stressants. Si l’on remet en question mes résultats, c’est qu’on remet en question les résultats de Cambridge ! »

Steven Obeegadoo : Rendre publics les critères utilisés

Les services de l’avocat et ancien ministre de l’Éducation Steven Obeegadoo ont été retenus dans cette affaire. Il souligne : « Cela parait une injustice ». Après la proclamation des lauréats, la famille Hingah a écrit à la directrice du MES, copie à la ministre de l’Éducation : aucune réponse à ce jour. Steven Obeegadoo dit avoir sollicité un rendez-vous avec la directrice du MES avant vendredi. « Les Mauriciens ont toujours fait confiance à Cambridge et au MES. Il faut rendre publics les critères. »

Kadress Pillay : « On ne peut accuser Cambridge de manque de transparence »

Kadress Pillay, ex-ministre de l’Éducation, confie : « Il y a 19 ans, j’étais ministre de l’Éducation. Il n’y a jamais eu de tel cas dans le passé. Quand j’interrogeais sur la liste des lauréats, j’avais toujours eu pour réponse que tout est décidé par Cambridge. Nous la prenions et la publions avec ‘l’approval’ du Premier ministre. Je ne sais où se trouve l’anomalie. Cambridge a répondu que tout est en ordre et conforme aux critères. Nous ne pouvons mettre en doute l’intégrité de Cambridge, on ne peut l’accuser de manque de transparence. »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • KFC

  • A loan with perspective