Live News

Contrôle des Conseils de district : les grandes manœuvres politiques enclenchées

Le gouvernement et l’opposition disent avoir tous deux remporté indirectement les élections villageoises. Mais ce cap passé, place maintenant à l’intronisation des présidents des sept Conseils de district. Ce n’est que le 4 décembre prochain qu’on saura qui va contrôler quoi.

La machinerie gouvernementale est en marche après les élections villageoises. Il faudra maintenant choisir les présidents des District Council de Pamplemousses, Rivière-du-Rempart, Flacq, Moka, Grand-Port, Savanne et Rivière-Noire. À l’Hôtel du gouvernement, on indique que la majorité des Conseils de district seront gérés par les sympathisants du Mouvement socialiste militant (MSM). D’ailleurs, presque tous les présidents sortants ont été élus.

Deokumar
L’équipe menée par Deokumar Koobarawa dans le village de Goodlands qui est proche MSM a raflé 5 sièges 

Le MSM dit maintenir sa suprématie

lakshita
Lakshita Devi Ramroop,

À Triolet, le plus grand village du pays avec ses 18 681 électeurs, c’est le Mouvement Unité de Triolet qui a remporté six sièges sur neuf. Iqbal Aubeeluck, qui a été élu à nouveau, affirme que le groupe est proche du MSM. À Goodlands, avec 16 287 électeurs, c’est la même chose. C’est le groupe Progrès Bizin Continué avec à la tête le vice-président sortant Deokumar Koobarawa qui a remporté 5 sièges sur 9. Il souligne également que le groupe est proche du parti soleil. Le président de ce Conseil de district, Prembhoodas Ellayah, fervent orange, affirme que 12 des 19 villages seront gérés par des partis proches du pouvoir.

À Plaine-des-Roches, Rivière-du-Rempart, Lakshita Devi Ramroop, 21 ans, étudiante de 3e année à l’Université de Maurice (UOM), a été élue en tête de lice sur 52 candidats. Elle représentait le Parti Progrès, qui a fait élire trois candidats, et qui est proche du parti au pouvoir. Du côté du Groupement Civic, avec ses 5 élus, s’est le même son de cloche. Lakshana Gunnoo, 20 ans, étudiante à UOM, a été élu dans le village de Bois Cheri sous la bannière du Groupement Socialiste. Ce groupe a fait élire huit personnes et se dit être proche du gouvernement.

lakshana
Lakshana Gunnoo.

À l’Hôtel du gouvernement, on souligne qu’à Pamplemousses, pas moins de 13 villages sur 18 sont sous son contrôle, alors que pour Flacq, c’est 16 villages sur 23. « La tendance se poursuit dans les autres Conseils de district, notamment Grand-Port, Savanne, Moka et Rivière-Noire. Il est aussi vrai que dans certains villages, la joute est serrée, avec plusieurs groupes qui sont proches du MSM qui ont aligné des candidats, » souligne-t-on.

Dans la circonscription du Premier ministre, sur les 16 villages, seuls Moka, St-Pierre et Ripailles ont basculé dans le camp du PTr. « Sur les 9 candidats élus à Moka, un seul affirme être proche du PTr, trois autres sont proches du MSM, alors que le reste se dit apolitique. À St-Pierre, il y a, outre les élus proches des Rouges, deux candidats du MSM. Les autres se disent prêts pour donner un coup de main au gouvernement. Par contre, à Ripailles, les 9 candidats du PTr ont été élus », indique-t-on.

anand
L’équipe menée par Anand Bahadoor, qui se dit proche du PTr dans le village de Goodlands, a concédé la défaite, 

Les partis de l’opposition satisfaits

Le leader du Parti Travailliste, Navin Ramgoolam, affiche la satisfaction que les candidats, proches des Rouges, ont été élus dans la plupart des villages. Il y a aussi ceux qui sont proches du Mouvement militant mauricien (MMM) et du Parti mauricien social démocrate (PMSD). « Le MSM a eu une raclée. C’est la grande satisfaction. En général, ça a été une vague rouge. Cela, malgré la campagne infecte du MSM » précise-t-il. Navin Ramgoolam parle « de tentatives d’intimidation, de menaces et de promesses d’emploi, etc ». « Le MSM  a utilisé la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) et a profité des fonctions religieuses pour faire campagne. Des ministres étaient présents dans la majorité des régions. Malgré tout, le MSM a eu une raclée dans la majorité des villages. Leurs jours sont comptés », avance-t-il.

Le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, abonde dans le même sens. Il indique qu’il y a de l’espoir à l’horizon. « Je dis un grand bravo à tous les élus de l’opposition pour leur victoire sans appel aux quatre coins de l’île. Ce tsunami politique donne un nouvel élan au regroupement des partis de l’opposition et confirme qu’il y a de l’espoir pour notre pays », affirme-t-il. 

Le leader adjoint du Mouvement militant mauricien (MMM), Ajay Gunness, indique, pour sa part, qu’il est clair que « c’est un vote sanction contre le gouvernement dans la quasi-majorité des villages ». Il affirme que « les têtes d’affiches au sein du comité central du MSM ont eu une raclée lors de ces élections », et cela, en prenant en considération « la présences de plusieurs ministres pendant la campagne ». « La population ne s’est pas laissée intimider et il y a eu un vote anti-gouvernement », souligne-t-il.

Décompte le même jour

Les partis politiques ne sont pas contre 

En ce qui concerne l’exercice de dépouillement le même jour, Ajay Gunness indique que c’est « très encourageant ». Selon lui, il faudra cependant « prendre plus de précautions lors des élections générales ». « C’est une très bonne chose, mais il faut encore l’améliorer. »

Le président du PTr, Patrick Assirvaden, souligne, de son côté, qu’il faut avoir tous les détails . « Si cela a très bien fonctionné, alors on pourra aller de l’avant avec l’exercice lors des élections générales. Mais il faudra attendre que les conclusions de la commission électorale à ce sujet », dit-il.

Le porte-parole du PMSD, Khushal Lobine, avance, lui, que c’est « un pas dans la bonne direction ». Selon lui, le décompte des bulletins de vote se fait le même jour dans les pays les démocratiques à travers le monde, comme en Inde ou encore aux États-Unis. « La commission électorale doit venir de l’avant avec un rapport afin de connaître les failles du système et pour pouvoir apporter les améliorations », dit-il. Khushal Lobine affirme que ce sera toutefois dur pour les fonctionnaires de travailler jusqu’à fort tard. « Il faudra voir si une autre équipe peut prendre le relais pour le décompte des bulletins de vote », précise-t-il.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !