Live News

Contrôle accru des animaux et des produits animaliers : un National Livestock Information System bientôt implémenté

Le risque d’infection du cheptel local par des maladies venant de l’étranger est un sujet qui préoccupe les autorités. Pour mieux assurer la biosécurité du pays, le ministère de l’Agro-industrie compte mettre en place un système informatique permettant de mieux répertorier les bétails, soit un National Livestock Information System (NLIS).
C’est dans cette optique qu’un atelier de travail regroupant éleveurs, producteurs et représentants de diverses autorités s’est tenu au Hennessy Park Hotel à Ébène mardi 21 septembre. Une activité organisée conjointement par la Food and Agriculture Organisation (FAO) des Nations Unies.

Lors de son intervention, le ministre de l’Agro-industrie, Maneesh Gobin, n’a pas manqué de souligner la vulnérabilité du pays face à des maladies pouvant affecter le cheptel local. « Lorsque nous importons un produit animal ou un animal vivant, il y a un risque d’importer des virus ou des bactéries par la même. Et si jamais un problème survient, il faut pouvoir remonter jusqu’à la source de la maladie. Il n’y a qu’une façon de faire cela efficacement, soit à travers un système informatique bien établi », est-il convaincu.

Il a d’ailleurs rappelé les nombreuses fois où le cheptel avait été atteint par des maladies, dont la dernière en date remonte en mars dernier, à Rodrigues, lorsque le Food & Mouth Disease avait été détecté chez des bovins, des petits ruminants ainsi que des cochons. Une dizaine d’animaux en sont morts ou ont dû être abattus. « Une fois que nous aurons une bonne maîtrise du système à Maurice, nous allons le reproduire à Rodrigues également », a-t-il précisé.

Maneesh Gobin estime que le National Livestock Information System offrira de nombreux autres avantages : une meilleure traçabilité avec notamment l’utilisation de micro puces, des informations plus accessibles, permettant par la même occasion une prise de décision plus rapide et efficace, un meilleur suivi des animaux, plus de contrôles sur leur mouvement et des maladies, entre autres.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !