Actualités

Contre-offensive : Navin Ramgoolam évoque une tactique dilatoire 

Navin Ramgoolam

L’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, a fait parvenir un affidavit en Cour suprême, lundi, à travers son avoué, Me Bhooneshwar Sewraj. 

Candidat battu dans la circonscription no. 10 (Montagne-Blanche/Grande-Rivière Sud-Est), le leader de l’Alliance Nationale, Navin Ramgoolam, demande d’invalider l’élection des trois candidats de l’Alliance Morisien dans cette circonscription, à savoir le ministre Vikram Hurdoyal, Zahid Nazurally et Sommilduth Bholah.  

Navin Ramgoolam conteste une motion faite par les trois candidats de l’Alliance Morisien pour suspendre sa pétition électorale. Ces derniers ont demandé la mise en attente de la pétition de Navin Ramgoolam, le temps pour la Cour suprême d’examiner en premier une demande de révision judiciaire logée par Roshi Bhadain le 13 janvier 2020. Le leader du Reform Party conteste les résultats dans toutes les 21 circonscriptions du pays. La motion des trois candidats de l’Alliance Morisien sera maintenant appelée le 2 mars 2020.

Le leader des rouges avance dans son affidavit que sa pétition électorale est une « action autonome » et qui n’a rien à voir avec l’action logée par Roshi Bhadain. Navin Ramgoolam déclare que la motion des trois candidats de l’Alliance Morisien « démontre l’intention véritable de ces candidats pour retarder délibérément le procès sur le fond de sa pétition électorale ». Il invite la Cour suprême à condamner  cet « abus de procédure » en rejetant la motion des trois candidats de l’Alliance Morisien. 

Par ailleurs, Suren Dayal, candidat déchu de l’Alliance Nationale dans la circonscription numéro 8 (Moka/Quartier-Militaire), et un électeur de la circonscription, en l’occurrence Shah Javed Khadarun, ont présenté des affidavits, lundi, en Cour suprême. Les deux contestent l’élection des trois candidats de l’Alliance Morisien dans cette circonscription. À savoir : Pravind Jugnauth, Leela Devi Dookun-Luchoomun et Yogida Sawmynaden.  

Dans son affidavit, Suren Dayal conteste une motion logée par les trois élus de la circonscription numéro 8 pour demander à leur tour à la Cour suprême d’accorder la priorité à la demande de Roshi Bhadain. 

Suren Dayal soutient que sa pétition électorale se distingue clairement de l’action logée par le leader du Reform Party et n’a aucune incidence sur sa pétition.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP