Live News

Contestation des élections générales par l’opposition : l’équipe légale compte se baser sur le jugement du Privy Council dans « l’affaire Ashok Jugnauth »

L'un des deux bulletins retrouvés après les législatives.

La contestation des dernières élections générales par l’opposition se confirme. L’annonce de l’augmentation de la pension de vieillesse et sa mise en application, dès le mois de décembre, sont des éléments clés que compte mettre en avant l’opposition pour soutenir sa demande pour contester les résultats des législatives du 7 novembre.  

L’équipe légale de l’opposition (le PTr , le PMSD et le MMM) pense avoir décelé des similitudes avec «l’affaire Ashok Jugnauth», qui avait été accusé de corruption électorale après le recrutement des habitants de sa circonscription (Moka/Quartier Militaire) comme Health Care Assistants alors qu’il était ministre de la Santé. Cette affaire, qui remonte à 2005, a même été débattue en Cour suprême et par la suite devant le Privy Council. 

Après les élections générales de 2005 remportées par l'Alliance sociale menée par Navin Ramgoolam, Ashok Jugnauth, alors candidat de l'alliance MSM-MMM, a alors perdu sa place de député car il avait été trouvé coupable de corruption.

Selon les avocats de l’opposition, l’annonce d’octroyer Rs 9 000 comme pension de vieillesse a été faite pendant la campagne électorale de 2019, juste après que Navin Ramgoolam, leader du Parti travailliste, a promis d'accorder Rs 10 000 comme pension de vieillesse si l’Alliance Nationale (PTr/PMSD/Mouvement Jean-Claude Barbier) venait au pouvoir.

L’équipe légale de l'opposition compte également contester la décision des « Returning Officers » d’interdire l’accès aux candidats aux «Computer Rooms» lors des élections du 7 novembre. Leur démarche consiste également à vérifier si les chiffres qu’ils ont compilés correspondent à ceux de la Commission électorale.

Le panel légal est également en discussion avec «des représentants des 20 circonscriptions de l’île pour réunir des preuves tangibles». 

Cependant, Me Rama Valayden précise que cette étape est « futile » à cause de la durée des procédures légales. 

L’ancien Attorney General précise que la contestation de l’élection d’Ashok Jugnauth avait pris presque trois ans.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !