Live News

Container Port Performance Index (CPPI) 2022 : la BM elle-même a mis en garde contre certaines limites du rapport, affirme le PM 

Le rapport du Container Port Performance Index (CPPI) 2022 était au menu de la Private Notice Question (PNQ) du leader de l'opposition, Xavier-Luc Duval, adressée au Premier ministre (PM), Pravind Jugnauth, ce mardi 6 juin.

Publicité

Ce rapport indique que Maurice se classe à la 327e place sur 344 dans le rapport du Transport Global Practice de la Banque mondiale, intitulé « The Container Port Performance Index 2022 ». Ce rapport présente une évaluation comparative des performances des ports, basée sur le temps passé sur place.

Dans sa réponse, le PM a souligné que le rapport attire l'attention sur le fait que le CPPI est basé sur des données empiriques objectives disponibles concernant exclusivement le temps de séjour d'un navire dans un port et doit être interprété comme une mesure indicative, mais non définitive, de la performance des ports à conteneurs.

Selon Pravind Jugnauth, la Mauritius Ports Authority (MPA) et la Cargo Handling Corporation (CHC) Ltd ont analysé le rapport du CPPI et ont constaté que l'indice est basé uniquement sur le temps total écoulé entre le moment où un navire est entré dans un port et le moment où il a débarqué.

Le PM a détaillé les facteurs pris en compte dans le rapport. Ils sont comme suit :

(i) le moment où les porte-conteneurs entrent dans les eaux du port ;

(ii) le temps d'attente au mouillage

(iii) le temps pris par les services de pilotage et de remorquage pour amarrer le navire au quai ;

(iv) la durée des opérations de manutention des conteneurs ;  

(v) le désarrimage et le départ.

Selon les explications de Pravind Jugnauth :

 (i) un navire est considéré comme étant dans le port une fois qu'il a franchi les limites du port et qu'il s'est enregistré auprès de la station radio du port. Toutefois, le rapport ne permet pas de déterminer l'heure d'arrivée du navire, les données ayant été obtenues à partir du système d'identification automatique des navires ;

(ii) la zone d'attente et d'arrivée des navires mentionnée dans le rapport ne correspond pas nécessairement aux limites du port de Port-Louis

(iii) certains navires de collecte restent plus longtemps au mouillage en attendant les conteneurs de transbordement des navires mères, ce qui a une incidence sur la durée de séjour des navires dans le port ;

(iv) parfois, les navires restent à quai après l'achèvement des opérations de chargement pour charger du combustible de soute ou effectuer d'autres activités auxiliaires, ce qui augmente le temps passé dans le port ; 

(v) le rapport ne contient que les conclusions de l'étude mais n'inclut aucune donnée pouvant être comparée aux chiffres compilés pour le port de Port-Louis.

Rs 8,4 milliards décaissées pour des projets portuaires

Pravind Jugnauth affirme que « ce gouvernement est déterminé à faire de Port-Louis une « hub » dans la région ». Et pour atteindre cet objectif, poursuit-il, un montant de Rs 8,4 milliards a été investi depuis 2015 dans des projets portuaires contre Rs 2 milliards pour la période 2005 à 2014. Il s'agit notamment de l’acquisition du remorqueur Sir Edouard pour un montant de Rs 450 millions en août 2016, l'affrètement de deux grands remorqueurs à partir de 2023 pour un coût de Rs 160 millions, la modernisation et le renforcement des postes d'amarrage au Mauritius Container Terminal pour un coût de Rs 6,82 milliards et la mise en service du système de trafic maritime en 2020 pour un coût de Rs 60 millions.

Le chef du gouvernement a souligné que la MPA met également en œuvre un certain nombre de projets visant à améliorer l'efficacité et la performance du port. À cet effet, un système numérique de Vessel Clearance, d'un coût de Rs 7,5 millions est en cours de mise en œuvre pour faciliter l'entrée des navires à Port-Louis. Le système devrait être opérationnel d’ici juillet 2023.

Selon Xavier-Luc Duval, malgré des milliards de roupies dépensées apparemment pour des équipements du Port et de la CHC, la productivité s’est détériorée.

« Le PM semble contester les conclusions de la Banque mondiale », a ajouté le leader de l’opposition.  

La réplique de Pravind Jugnauth n’a pas tardé.

« Je ne conteste pas le rapport de la Banque mondiale. La Banque mondiale elle-même a mis en garde contre certaines limites de ce rapport. En effet, il est basé sur l'heure à laquelle le navire entre dans le port et le temps qu'il lui faut pour quitter le port. Outre le chargement et le déchargement des conteneurs et des cargaisons, d'autres activités auxiliaires sont effectuées dans le port. Un navire peut rester dans le port pour effectuer des réparations ou pour d’autres raisons. Le port de Hambourg en Allemagne est l’un de plus efficaces mais il est classé juste après celui de Maurice. Idem pour les ports des États-Unis et du Canada qui sont classés après Maurice. We should try not to read so much from that report », a déclaré le PM.

« Overstaffing au sein de la CHC »

Le leader de l’opposition a interrogé Pravind Jugnauth sur un « rapport payé » par le gouvernement au coût de Rs 25 millions et lequel avait été livré au gouvernement en juin 2021 par le PricewaterhouseCoopers. « Est-ce que le PM est au courant de ce rapport ? Est-il conscient que ce rapport, qui contient plus de 200 pages, est encore pire que celui de la Banque mondiale ? Celui-ci montre clairement que Maurice pourrait perdre son statut de hub au profit d'autres régions portuaires. Le PM sait-il également qu'aucune des 50 recommandations de ce rapport n'a été mise en œuvre par son ministère ? », s’est demandé Xavier-Luc Duval.

« C’est faux. De nombreuses recommandations ont été mises en œuvre. Je connais très bien le rapport », a rétorqu֖é Pravind Jugnauth.

Le PM a ajouté que ledit rapport a mis en évidence un problème fondamental notamment que la CHC est en sureffectif par rapport aux opérations qu'il mène. « Nous avons hérité d'une situation, par exemple de 2006 à 2009, où 700 personnes ont été recrutées. Pensez-vous qu'il sera facile de négocier avec les syndicats pour restructurer l'organisation ? C'est l'un des principaux problèmes auxquels nous sommes confrontés. Nous devons améliorer la situation en ce qui concerne le paiement des salaires, entre autres », explique le chef du gouvernement.

« Je suis très triste de savoir que le PM n'a rien d'autre à faire que de blâmer les pauvres employés de la CHC », dit Xavier Luc Duval. Ce dernier a, dans la foulée, demandé au PM de révéler les qualifications du directeur général de la CHC.

« Je ne blâme aucun travailleur. Le leader de l’opposition m'a demandé si j'étais au courant des conclusions du rapport. J'espère qu'il reconnaîtra avoir lu attentivement le rapport. L'un des problèmes mentionnés dans le rapport est le ‘staffing’. (…) Je n'ai pas les qualifications requises pour le poste de directeur général en question. Je m'engage à les faire circuler », a affirmé Pravind Jugnauth.

« De nombreuses mesures ont été mises en œuvre en termes d'investissement dans le port notamment l’expansion du parc à conteneurs, approfondissement du ‘Navigation Channel’ permettant d'accueillir des navires d'une capacité allant jusqu'à 15 000 tonnes, la construction du terminal de croisière, l’acquisition de trois Super Post Panamax Cranes, la mise à niveau du système de caméras CCTV et du contrôle d'accès, le remplacement du système de gestion du trafic maritime. Certains projets sont en cours de réalisation », a conclu le PM.

  • n vous donne rendez-vous les 6, 7 & 8 octobre au SVICC à Pailles pour Le Grand Salon du Déstockage Maison & Jardin de 10h00 à 18h00.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !