Economie

Construction : Harmony Art, la créativité au service de la décoration

Harmony Art

L’entreprise familiale de Rakesh Jugroop se consacre à embellir maisons et cours depuis dix ans. Harmony Art Decor & Co. Limited est avant tout la conjugaison d’une passion pour l’art avec la nécessité d’assurer un gagne-pain.

Basée à Montagne-Longue, Harmony Art Decor se spécialise dans la décoration intérieure : faux plafonds, peintures murales et colonnades. L’expérience et l’apprentissage aidant, l’entreprise offre des solutions d’embellissement des cours avec un ensemble de cascades, fontaines et statuettes. Le tout est fabriqué sur place ou en atelier et non importé en vrac. Le taillé sur mesure est un des principes de l’entreprise.

« Nous nous concentrons davantage sur les résidences. (…)Quand nous offrons un service, il englobe tous les aspects du projet. Ainsi, l’installation de faux plafonds inclut les travaux électriques et les designs sur les murs », affirme Rakesh Jugroop, 37 ans, directeur de la compagnie. « Il y a une grande demande parce que peu de professionnels sont disposés à offrir un service spécialisé. Dans la conception du projet, avant tout, nous prenons en considération le budget et la superficie. »

L’art est la pierre angulaire du cheminement personnel et professionnel de Rakesh Jugroop, natif et habitant de Montagne-Longue. D’abord, il y a sa passion pour la photographie. En tant que membre du Cercle des Artistes Photographes, il apprend auprès des anciens, les techniques pour capturer les meilleures images. Sur le plan académique, aux examens menant au Higher School Certificate, il décroche un B dans cette matière, un exploit en soi puisque le niveau est très élevé. Passé ce cap, il poursuit des études à temps partiel au Mahatma Gandhi Institute, centrées sur l’histoire, la peinture et la sculpture. Son diplôme des beaux arts en poche, il passe à la prochaine étape, consistant à cerner le métier de dessinateur industriel, la construction et l’ingénierie civile. La combinaison des beaux arts et de la construction consolide donc les bases pour entrer de plain-pied dans le monde du travail et, comme il le décrit si bien, « l’art commercial. »

Quelle distinction fait-il entre vivre de son art et l’art commercial? Rakesh Jugroop explique qu’à ses débuts, il faisait du porte-à-porte dans le village pour offrir ses services pour exécuter des tableaux muraux ou embellir l’extérieur d’un autobus. Le bouche-à-oreille aidant, il est de plus en plus sollicité pour ce genre de travaux et vendre des tableaux « n’assure pas son gagne-pain. »

Avec le flux de demandes, l’entreprise compte aujourd’hui cinq personnes. Si, au départ, la direction a voulu engager des ouvriers qualifiés étrangers, elle s’est ravisée, vu le coût élevé. Ainsi, explique Rakesh Jugroop, Harmony Art Decor recrute des jeunes, quitte à ce qu’ils deviennent des concurrents plus tard. « J’ai développé une approche bien précise. Quand nous détenons une connaissance, il est préférable de la partager. Chacun pourra alors garder ce qui semble le meilleur pour lui, » fait-il ressortir.

Il est aussi très engagé sur le plan socioculturel, car il est le fondateur du premier parc spirituel à l’entrée de Montagne-Longue.