Live News

Construction de la centrale de St-Louis : Gain de cause au CEB et à la mairie de P-Louis

Le Mouvement Civique de Plaine-Lauzun a essuyé un revers en Cour suprême le vendredi 23 juin 2017. Cette organisation non-gouvernementale avait logé une injonction contestant les opérations de la centrale de St-Louis. Le juge Nicholas Oh-San Bellepeau a rejeté la demande en concluant qu’il n’y a pas suffisamment d’éléments pour soutenir que cette centrale serait construite illégalement dans une zone résidentielle.

La demande d’injonction de l’organisation était dirigée contre le Central Electricity Board (CEB), la mairie de Port-Louis et le directeur du département de l’Environnement du ministère de l’Environnement.

Dans sa demande, l’organisation réclamait l’arrêt de construction pour l’agrandissement de la centrale de St-Louis, car cela causerait d’énormes préjudices aux habitants de Plaine-Lauzun. Il a déploré cette activité, car la région est désormais dotée de bon nombre d’habitations et d’écoles. D’autant plus que le CEB prévoit d’ajouter des turbines de forte capacité en vue d’augmenter la production énergétique. Le Mouvement Civique de Plaine-Lauzun avait évoqué les risques de pollution.

Ce mouvement avait retenu les services des avocats Yousuf Mohamed (Senior Counsel) et Rodney Rama et de l’avoué Mohammad Iqbal Dauhoo. Le Central Electricity Board (CEB) était représenté par l’avocat Ravind Chetty (Senior Counsel) et l’avoué Sheffick Sookia.

La mairie de Port-Louis était représentée par l’avocat Noor Hussenee et l’avoué Manoj Appadoo. Le directeur du département de l’Environnement du ministère de l’Environnement était représenté par Me Caroline Green-Jokhoo, Assistant Parliamentary Counsel, et Verna Nirsimloo, Deputy Chief State Attorney.

Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !