Live News

Construction de 14 immeubles à la Cybercité : le ‘business model’ d’Hyvec Group fait sourciller

Hyvec Group Un des 14 immeubles du Hyvec Group.

Le groupe Hyvec se lance dans la construction d’espaces de bureau de plus d’un million de pieds carrés sur des terres achetées « à prix forts », selon ses détracteurs. Un ‘business model’ qui les interpelle d’autant que quelques compagnies étatiques figurent parmi ses clients.

« Un business model intriguant ». C’est le terme utilisé par les détracteurs de Hyvec Group concernant son record du nombre d’immeubles construits à Ébène. Six immeubles en construction actuellement viendront s’ajouter aux huit qui existent. Au total, les 14 bâtiments auront une superficie de plus d’un million de pieds carrés d’espace de bureau qui ont nécessité des investissements de plus de Rs 3 milliards.

Deux reproches diamétralement opposés sont faits à Hyvec Group dans des correspondances à la presse. Un premier groupe de détracteurs déplore « les faveurs faites par Landscope à Eshan Chady en lui accordant des terrains pour construire des immeubles qui sont par la suite vendus ou loués, entre autres, à des compagnies étatiques ».

Chandradev Appadoo, le directeur financier du groupe Hyvec, nie que sa société a bénéficié de terrains de Landscope Ltd, une compagnie étatique.

Chaîne d’approvisionnement

Il explique : « C’est totalement faux. Tous ces terrains ont été achetés de tierces. Hyvec n’en a jamais bénéficié de Landscope à Ébène comparé aux autres promoteurs même si on est le plus gros promoteur immobilier à Ébène ! La vérité, c’est que certains terrains ont été achetés à prix forts aux anciens propriétaires. Nous avons racheté des terrains, par exemple, à Rs 30 millions alors qu’à la base, l’ancien propriétaire l’avait acquis pour seulement Rs 2 millions, il y plus d’une dizaine d’années. C’est sans conteste la vision et le flair de Nawaz Khan Chady, aussi connu comme Eshan Chady, qui fait que nous avons acquis ces terrains jusqu’à 15 fois leur prix initial car il croyait dans le potentiel de ces terrains. »

Un deuxième groupe de détracteurs se dit « intrigué » par le fait que le Groupe Hyvec achète des terrains « à un prix mirobolant » pour la construction d’immeubles qui sont ensuite loués ou vendus. «This does not make sense ! lancent-ils, car le prix des bâtiments ne devrait pas logiquement être compétitif. C’est un ‘business model’ opaque car dès le départ, le coût des terrains pèse très lourd dans le projet. La grande question est de savoir comment parviennent-ils à rendre le prix compétitif au final ? Il faut élucider ce mystère. »

Le directeur financier du groupe Hyvec rétorque que leurs projets ne sont pas mystérieux. Pour rester compétitif dans ce marché où la concurrence est rude, Chandradev Appadoo indique qu’il faut une bonne planification et gestion de la chaîne d’approvisionnement. « À titre d’exemple, nous importons nos barres de fer que nous utilisons lors des constructions, directement de la Turquie, et dûment approuvées par le Mauritius Standard Bureau. »

Coup de piston

En sus, le groupe Hyvec est aussi le représentant officiel de plusieurs marques étrangères de renom international telles que SieMatic pour les meubles de cuisine, OWA pour le partitionnement, Duravit et Kohler pour les sanitaires, Fursys pour les meubles de bureau et Iris pour le carrelage, etc. Une stratégie d’intégration verticale qui permet au groupe, selon Chandradev Appadoo, d’être moins cher que ses concurrents. « C’est ce qui nous permet d’être plus compétitif, offrant ainsi à nos clients un bon rapport qualité-prix alors qu’en face, des concurrents doivent ajouter leur ‘markup’ sur chaque produit acheté chez un importateur. Ce qui engendre automatiquement une majoration de leur prix. »

Les détracteurs du groupe Hyvec s’accordent à dire que cette société aurait bénéficié des faveurs du gouvernement.  « C’est du n’importe quoi car les firmes privées représentent nos principaux clients, à l’instar d’Axys, Trade and Developement Bank, Mauritian Eagle Insurance, GFin ou encore Africa Re », fait ressortir Chandradev Appadoo.


Partenariat avec Stefanutti Stocks

Dans le cadre de leur politique d’expansion, le Group Hyvec s’est associé à la firme sud-africaine, Stefanutti Stocks Ltd. Un partenariat avec ce « multidisciplinary construction group » qui permet à Hyvec Group de se positionner pour de gros projets valant plusieurs centaines de millions de roupies, voire des milliards. « C’est surtout leur expérience pour les ‘marine work’ que nous recherchons. Ce qui nous permet d’avoir un pied dans le secteur de l’hôtellerie également », déclare S. Harry Mootoo Rajah, Managing Director de Grand Baie Travel & Tours, une filiale du groupe Hyvec.

D’ailleurs, le groupe Hyvec développe deux projets d’envergure à Les Salines sous le Property Development Scheme qui comprend la construction de 34 villas au coût de Rs 900 millions ainsi que la construction de Les Salines Boutique Hotel & Village qui comprend 34 suites pour un budget de Rs 400 millions. Hyvec a aussi décroché le contrat pour la construction de Casa Cook (une filiale de Thomas Cook), un hôtel de 130 chambres situé à Turtle Bay à Balaclava. Le montant du projet : environ Rs 1 milliard.


Yves Meyepa : «Ebène, le nouvel El Dorado des sociétés d’affaires»

Ébène représente le nouveau quartier des affaires du pays. C’est ce que déclare Yves Meyepa, Group Company Secretary & Director of Compliance chez Hyvec. Selon ses dires, il y aurait eu, ces dernières années, une explosion du nombre de compagnies off-shore, suivies des banques et des compagnies de comptabilité. « Sans compter ce ‘swing’ qu’il y a de Port-Louis à Ébène où de nombreux sociétés et ministères ont établi leur quartier général », déclare Yves Meyepa, estimant qu’Ébène est aujourd’hui le nouvel El Dorado des sociétés d’affaires. Y voyant là une opportunité, le groupe Hyvec, avec ces quelque 1000 employés, a choisi de se positionner dans ce segment du marché de l’immobilier. Une décision motivée pour trois raisons principales. Primo : il y a une demande accrue pour des espaces de bureau dans cette partie du pays. Secundo : étant dans la construction, les projets reviennent moins chers car tout ce fait ‘in-house’. Tertio : pour solidifier son ‘business model’, « nous nous sommes dit que nous allons nous engager dans ce marché ».


Six nouveaux immeubles en construction

Les six bâtiments, qui vont abriter exclusivement des bureaux, ont d’ailleurs déjà trouvé preneur. C’est ce qu’indique Fouad Uteene, General Manager de Hyvec Partners Ltd, une filiale du groupe Hyvec. « La livraison du premier bâtiment est prévue en août 2019 et d’ici janvier 2020, tous les six bâtiments seront prêts et livrés à leurs clients respectifs. » Si certains seront livrés « Core & Shell », où la responsabilité du promoteur se limite au design et à la construction du bâtiment, d’autres le seront selon le concept « fit-out ». « Il s’agit alors d’aménager aussi l’intérieur du bâtiment à travers des travaux de partitionnement, l’installation du système d’air conditionné, l’aménagement des meubles et équipements, entre autres », ajoute Fouad Uteene.

Cet ingénieur de formation explique que des études de marché ont été faites pour savoir quel type de bâtiment construire afin qu’un plus grand nombre de clients puissent être attirés. « Ainsi, les bâtiments sont construits de façon modulable afin de pouvoir accommoder deux voire plusieurs sociétés sur un même étage. Ce qui les rend très rentables sauf, bien sûr, si le client soumet ses exigences en amont », souligne-t-il. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !