Economie

Consortium stratégique - Rama Sithanen : «Les opérateurs locaux ont un avantage compétitif en Afrique»

Rama Sithanen

Les opérateurs mauriciens ont un avantage compétitif en Afrique. Avec la spécialisation des prestations et l’objectif d’entreprendre des opérations haut de gamme, Maurice dispose de bonnes cartes en main. C’est l’avis partagé par Rama Sithanen, ancien ministre des Finances et président de l’International Financial Services Limited (IFS). Il intervenait le mercredi 17 avril à l’hôtel Saint Georges lors du lancement d’un consortium stratégique des prestataires de services légaux, fiscaux et financiers.

L’ancien ministre des Finances a salué l’initiative d’une collaboration de plusieurs sphères professionnelles pour répondre aux attentes des clients. Il a expliqué qu’avant, l’International Financial Services Limited qu’il préside, était plus agile et astucieux pour prendre des décisions.

« Depuis que la compagnie est en partenariat avec un groupe coté en bourse, nous sommes contraints de suivre certaines exigences qui nous permettent plus d’être flexibles. Pour répondre à une offre en Afrique, nous avons dû monter une équipe de professionnels et cela prend du temps. Nous devons trouver une combinaison de cabinet juridique, des gens compétents dans la fiscalité et les aspects réglementaires, d’autres ayant des connaissances dans la finance d’entreprise. Toutefois, il n’y a pas une seule entreprise qui détient toute cette panoplie d’aptitudes. Nous avons dû former une équipe compétente et nous avons décroché l’offre», a-t-il expliqué.

Il a ajouté que, maintenant que l’ossature de ce consortium a été mise sur pied, il faut maintenant assurer une présence en Afrique et rivaliser avec ceux qui viennent de l’occident.

«Les offres de ces derniers sont exorbitantes et souvent elles ne peuvent pas être adaptées en Afrique. Je suis très enthousiaste qu’il ait maintenant cette synergie. Cela devait arriver un jour ou l’autre. Nous sommes arrivés à un tournant dans le secteur des services financiers . Nous devons miser sur la qualité au lieu de volume des activités. Nous devons viser le haut de gamme pour la sécurisation de la chaîne des revenus, au lieu de la quantité. Je ne peux voir l’avenir dans une boule de cristal, mais je me tiens au courant de ce qui se passe et je suis réceptif quand je voyage ailleurs. J’estime qu’il faut aller vers la spécialisation dans les services financiers à Maurice ou à l’étranger. Cela se produira car, en évoluant de la quantité vers la qualité, il nous faudra  être des spécialistes», a-t-il insisté.

Il a aussi expliqué que la spécialisation implique qu’un prestataire ne pourra tout accomplir par lui-même. Il doit acquérir d’autres compétences polyvalentes. Il est absolument essentielle pour les institutions et les entreprises de s’y adapter.

« J’entrevois beaucoup d’opportunités pour de telles synergies. Il faut pourvoir être au complet pour répondre aux besoins des clients. Il y a beaucoup de débouchés en Afrique. Il est clair, pour nous qui sommes dans ce secteur, que le continent offre des opportunités et nous, Mauriciens, y disposons  d’un avantage concurrentiel. Ce n’est ni en Europe ni en Asie que nous pouvons rivaliser avec les concurrents. De temps à autre, on peut le faire, mais c’est particulièrement très difficile. Nous faisons partie de l’Afrique et culturellement et géographiquement, nous y sommes proches», a souligné Rama Sithanen.

Le consortium stratégique comprend comme membres fondateurs le cabinet juridique Wortels Lexus, le groupe Appavoo, Luchmaya Chambers et l’étude Dwarka.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor