Economie

Consommation locale: le prix du pétrole cale sur fond de crise

Maurice a déboursé Rs 4,7 milliards pour des produits pétroliers début 2016.
Un coup de frein brutal. Sur la courbe ascendante depuis la mi-février, le cours du baril a dégringolé. Une reprise n’est pas à l’ordre du jour, vu la situation économique dans le monde et l’impact du Brexit. Maurice est un importateur net de produits pétroliers : essence, diesel, Jet A-1 (carburant pour avions) et d’huile lourde (pour les turbines du Central Electricity Board). Au premier trimestre, la facture pétrolière, selon Statistics Mauritius, a été de Rs 4,7 milliards, représentant 12,5% des importations. Après le vote des Britanniques pour le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, le prix du baril a été très volatil sur le marché mondial, passant sous la barre des 48 dollars, puis remonter vers les 50 dollars et redescendre. Cette décision des Britanniques est venue compliquer une situation économique mondiale fébrile. À la fermeture des marchés, vendredi 8 juillet, le Brent est passé à 46,76 dollars le baril. Autre prix de référence : celui de West Texas Intermediate, qui a été de 45,41 dollars le baril.

Demande globale en baisse

« C’est une bonne nouvelle pour les transporteurs aériens y compris Air Mauritius. Le pays en tirera également grand bénéfice », fait ressortir Megh Pillay, Chief Executive Officer d’Air Mauritius. « En toute logique, le cours moyen du Brent devrait osciller entre 40 et 50 dollars le baril dans le moyen terme ». Il explique : « La production mondiale reste supérieure à la demande. Les réserves stratégiques ont atteint leur seuil maximal. Par contre, la demande globale est en baisse suivant un ralentissement de l’économie mondiale et l’impact du Brexit. Le rythme des activités en Inde et en Chine est en baisse »,’explique Megh Pillay. L’aviation est un exemple concret où toute baisse est un gain appréciable. Air Mauritius consomme l’équivalent de deux millions de barils par an. Et chaque augmentation ou baisse d’un dollar par baril équivaut à une fluctuation de Rs 72 millions dans le budget annuel de la compagnie. Au cours de l’année financière se terminant au 31 mars 2016, la facture pour le Jet A-1 a été de Rs 5,7 milliards. Cela représente 32% des coûts opérationnels d’Air Mauritius pour les 10,677 vols durant ces 12 mois. Qu’en est-il pour le consommateur mauricien, l’automobiliste et les ménages? Eh bien, le prix de l’essence et du diesel devrait se maintenir à Rs 38,85/litre et Rs 29,50/litre, respectivement. Cette stabilité est due au fait que la State Trading Corporation puise dans le Price Stabilization Account. Le fonds a atteint Rs 1,6 milliard fin mai contre Rs 2,2 milliards en février, aussi longtemps que le PSA a de l’argent et que les prix n’augmentent pas sur le plan mondial.
Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !