Live News

Consommation électrique : le Metro Express moins énergivore qu’un bâtiment à étages climatisé

Impression d’artiste du Metro Express qui reliera Curepipe à Port-Louis et qui comprendra 19 stations.

Metro Express Ltd a donné une indication de la puissance énergétique requise du Central Electricity Board, à travers une correspondance. Trois mégawatts (MW) seront nécessaires aux heures de pointe pour alimenter les 19 stations, dont neuf comporteront un sytème de traction. Environ 2,2 MW seront nécessaires pour alimenter le système en dehors des heures de pointe. Par ailleurs, la climatisation ainsi que l’éclairage dans les diverses stations seront alimentés à travers une puissance de 0,8 MW. 
 
Metro Express Ltd a demandé au Central Electricity Board (CEB) une estimation de la quantité d’énergie qui sera requise pour opérer ses trains. D’après le constat de hauts cadres du CEB, il ressort qu’une fois en opération, le Metro Express, qui reliera Curepipe à Port-Louis, consommera moins d’énergie qu’un grand bâtiment à étages climatisé, éclairé et doté d’un ascenseur. Dans la pratique, expliquent les experts, un tel bâtiment nécessite entre 4 et 5 MW d’énergie. 

A contrario, le Metro Express consommera 3 MW aux heures de pointe (soit de 7 heures à 9 heures et de 15 heures à 18 heures) et 2,2 MW (de 9 heures à 15 heures et dans le courant de la soirée) pendant les heures creuses. Dix-neuf stations seront placées sur le trajet reliant Curepipe et Port-Louis. 

Munies d’un sytème de traction – mécanisme visant à propulser les trains –, elles seront situées dans les régions telles que Curepipe, Sadally, Phœnix, Quatre-Bornes, Rose-Hill, Chebel, Richelieu, la Montage-des-Signaux et Port-Louis. Les sous-stations du CEB qui alimenteront le système de traction du métro seront dotés d’un système de redondance au niveau du câblage, de l’équipement et des transformateurs. 
Si les hauts cadres du CEB sont parvenus à la conclusion que le Metro Express sera moins énergivore qu’un grand bâtiment à étages doté d’un ascenseur et d’un système de climatisation, c’est parce qu’ils se sont appesantis sur le fait que le métro possède une structure aérodynamique et un moteur performant. Ce qui fait qu’il consommera moins d’énergie.

Une centaine de pylônes et une tour déplacés 

Selon nos recoupements, le CEB a aussi prévu des demandes additionnelles pour la distribution d’énergie dans des stations urbaines, qui seront placées dans les régions telles que Port-Louis et Rose-Hill et qui abriteront des espaces commerciaux. Ces commerces seront gérés par des entreprises privées. 

Le CEB a également déjà commencé à déplacer une centaine de pylônes qui avaient été installés entre Rose-Hill et Port-Louis (résidences Barkly, Plaine-Lauzun et La Butte) pour la phase 1 du projet. Une tour de 66 kV se trouvant sur le tracé du Metro Express a aussi été déplacée à St-Louis. 

Chavan Dabeedin, qui est Transmission and Distribution Manager du CEB, avance qu’il y a une très bonne entente entre son équipe et celle de Larsen and Toubro concernant le déroulement des travaux. « Tout se déroule comme il faut pour alimenter le Metro Express de la meilleure façon possible », précise-t-il. Il souligne que le CEB anime une réunion de travail chaque semaine avec les représentants de Metro Express Ltd. 

Sollicité, Das Motanah, Chief Executive Officer de Metro Express Ltd, était injoignable au téléphone. Shamshir Mukoon, Ag. Director General du CEB, était lui aussi injoignable.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective