Live News

Consommation : controverse autour du prix de l’huile

Plusieurs boutiquiers ne savent plus quoi faire. Ils viennent de réceptionner leur commande d’huile à un prix plus élevé que prévu. Ainsi, leur marge de profit vient de chuter. Quant aux consommateurs, ils risquent de payer l’huile plus cher que d’habitude. Pour cause, la hausse du coût du fret.

Les boutiquiers ne savent pas s’il faut augmenter le prix de l’huile, car ils viennent de prendre leur livraison et le prix d’achat est au-dessus de ce que le gouvernement avait décidé. Au niveau du ministère du Commerce, le prix de l’huile est fixé. « Les commerçants ne peuvent la vendre à un prix plus cher, au cas contraire, ils auront des sanctions », indique un cadre du ministère. Ce dernier souligne que pour maintenir le prix ce sont les distributeurs de l’huile qui reçoivent une partie du subside de Rs 500 millions.

Le 20 août dernier, le Conseil des ministres avait donné son accord afin que la State Trading Corporation (STC) lance des appels d’offres pour 95 tonnes métriques (MT) d’huile de soja conditionnée dans une bouteille PET de 1 litre à partir d’une liste de 11 fournisseurs potentiels venant d’Égypte. Deux mois plus tard, l’organisme a décidé de ne pas importer l’huile comestible pour la commercialiser au pays. Car il n’y a aucun fournisseur qui peut en fournir à un prix aussi compétitif qui se pratique déjà au pays.

Pour sa part, le président de l’Association pour la protection de l’environnement et des consommateurs, Suttyhudeo Tengur, se demande quel contrôle le gouvernement a mis en place pour voir si la somme de Rs 500 millions est en train d’être servie à bon escient pour la distribution. « Je doute fort que des fournisseurs augmentent leur ‘bill’ artificiellement afin de pénaliser les consommateurs. Dans un tel contexte, il fallait instituer un Fact Finding Committee afin de voir les transactions des fournisseurs depuis que le gouvernement est venu avec le subside de Rs 500 millions en vue de garder le prix stable », dit-il. Ce dernier avance que certains ont bénéficié de ce subside de Rs 500 millions, mais ils continuent de tondre les consommateurs.

Pour sa part, Pritam Dabydoyal, directeur de P & P International, affirme que dès le départ les importateurs avaient fait comprendre au gouvernement que le subside octroyé pour l’huile n’est pas suffisant, mais les commerçants n’avaient pas de choix. Ils devaient l’accepter. « Par la suite, le gouvernement a fait comprendre qu’il compte importer l’huile. Du coup, les importateurs n’ont pas jugé important de continuer avec l’importation », dit-il.

Ce dernier explique que les importateurs n’ont pas le contrôle de cette commodité sur le marché international. « On a fait marche arrière, car ce n’est plus intéressant de travailler avec cette marge. On attend l’arrivée de l’huile du gouvernement », soupire-t-il. Il avance que les importateurs doivent continuellement à veiller sur le prix de l’huile sur le marché mondial et faire leur achat au moment opportun.

Chez Moroil, le producteur local, on indique que la production se poursuit normalement.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !