Législatives 2019

Conseil des ministres sortant : le dernier ballet pour certains et une autre danse pour d’autres 

Sir Anerood Jugnauth, Anil Gayan, Anwar Husnoo et Nando Bodha. Sir Anerood Jugnauth, Anil Gayan, Anwar Husnoo et Nando Bodha.

Une dernière réunion du Conseil des ministres sortant sous le signe de l’émotion lundi. Plusieurs ministres reviennent pour un autre mandat, d’autres prennent du recul, alors que Prem Koonjoo, lui, annonce sa retraite définitive. Si certains ont parlé à la presse, d’autres ont choisi de ne rien dire, voire d’éviter les journalistes. Les ministrables, eux, se préparent à prendre les sièges vacants et seront désignés ce mardi matin. 

Depuis 9 heures le lundi 12 novembre, Pravind Jugnauth reçoit les ministres sortants pour une dernière réunion. De sources internes, on apprend qu’il a fait le bilan des dernières élections avant de remercier son équipe. Du moins l’équipe constituée par sir Anerood Jugnauth qui, lui aussi, quitte l’Hôtel du gouvernement pour une retraite. Soodesh Callichurn, Anwar Husnoo, Stephan Toussaint et Maneesh Gobin sont les premiers à arriver au bureau du Premier ministre. Nando Bodha, Sunil Bholah et Fazila Daureeawoo ont, pour leur part, décidé de ne pas parler à la presse. 

SAJ, un départ heureux 

Le ministre Mentor a accompli sa mission. SAJ prend sa retraite sur une bonne note avec son fils Pravind, plébiscité par les urnes, à la tête du pays. Lundi, après la réunion, un déjeuner était prévu en l’honneur de sir Anerood Jugnauth. À sa sortie, sir Anerood Jugnauth dira qu’il ne sait pas qui va le remplacer et qu’il est « très content » que l’Alliance Morisien soit sortie vainqueur aux élections. 

Commentant la défaite de Navin Ramgoolam, SAJ dira que « cela fait partie des élections » et qu’il a, lui-même, déjà essuyé des défaites. Il a quitté le PMO en compagnie de ses gardes du corps et avec ses bouquets de fleurs. 

Ivan Collendavelloo tape sur un MMM à terre 

Ivan Collendavelloo sera le no 2 du gouvernement. Il a souligné qu’il faudra « revoir la situation dans le pays, travailler sérieusement et prendre note de certaines conséquences politiques ». Il se dit « affligé » par ce qui est arrivé au MMM qui a perdu sa caution dans trois ou quatre circonscriptions. Il souligne que « le leader du MMM a subtilement voulu faire du parti une entreprise familiale ». Il faut, ajoute Ivan Collendavelloo, qu’il « le fasse clairement. Des militants paient pour ce que fait le leader ». 

Concernant sa troisième place aux élections, il dira : « Une fois, j’ai été en tête de liste, il était troisième. Cette fois, c’est l’inverse qui s’est produit. Je ne suis pas le seul élu du Muvman Liberater au Parlement : Ismael Rawoo et Zahid Nazurally sont élus aussi ». 

Prem Koonjoo tire sa révérence 

Autre ministre qui prend sa retraite définitive : Prem Koonjoo. Sa fille Kalpana Koonjoo-Shah prend toutefois la relève. Le ministre de l’Économie océanique sortant a annoncé sa retraite. « À 75 ans, je pense qu’il est temps de me retirer ». Il a souhaité bonne chance à sa fille et affirme qu’il quitte la politique « la tête haute et les mains propres » et surtout avec « le sentiment du devoir accompli ». 

Ceux qui sont tombés 

Mahen Jhugroo, Eddy Boissézon, Anil Gayan, Alain Wong et Etienne Sinatambou, anciens ministres qui n’ont pas été élus ou pas reçu d’investiture, ont assisté à la réunion. Mahen Jhugroo a remercié les électeurs. « À chaque fois que Liverpool gagne, le MSM est au pouvoir ». Il affirme qu’il sera au service de son parti et de son pays.  « C’est vous, la presse, qui avez créé des polémiques, des faux problèmes, des ‘fake news’ », a, pour sa part, souligné Anil Gayan. L’ancien ministre du Tourisme, qui n’a pas reçu d’investiture, a été interrogé sur les scandales qui l’ont touché. « J’ai travaillé dans l’intérêt du pays et du peuple », soutient-il. Il se consacrera à sa profession d’avocat. « Je suis en retrait pas à la retraite et je ne suis pas demandeur de poste », dit-il. 

Alain Wong, ancien ministre de l’Intégration, avait formulé le vœu de ne pas recevoir de ticket. « Ma santé ne me le permettait pas. Je l’avais dit et j’avais aussi dit que j’allais revenir. » Il ajoute qu’il y a des dossiers qu’il fallait boucler. 

Les résultats à la circonscription no 1 ne choquent pas le ministre sortant, car il s’attendait à plus. Alain Wong souligne qu’il faut rester 
« honnête et discipliné ». « Pendant ces trois dernières années, le PMSD n’a cessé d’attaquer de nous attaquer, ma famille et moi, de façon dégueulasse. J’ai pris du recul pour voir grandir mes enfants. ».

Alain Wong souligne que le nouveau ministre devra avoir le sens de l’innovation. S’il est appelé à occuper un autre poste, il le fera pour l’honneur au pays, dépendant de ce qui lui est proposé. Il explique que certains membres de sa famille n’ont pu voter, car ils n’étaient pas sur la liste électorale. Il souhaite se remettre au sport et au travail social.  

De son côté, Etienne Sinatambou, qui n’a pas reçu d’investiture, n’a pas souhaité faire un commentaire. 

Ceux qui restent 

Quant à Leela Devi Dookun-Luchoomun a, elle, souhaité être la prochaine ministre de l’Éducation, alors que Yogida Sawmynaden dira : 
« Malheureusement certains camarades n’ont pas été élus et d’autres prennent leurs retraites ». 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019