Actualités

Conseil de village de Montagne-Blanche : les amendements à la Local Government Act pointés du doigt

district council de moka

Le président et les conseillers du village de Montagne-Blanche tentent tant bien que mal de destituer leur représentant au sein du conseil de district de Moka. Mais les amendements apportés à la Local Government Act en novembre 2018 désavouent leur action.

Une motion du président du village, Ravi Shankar Seeburun, et de quatre conseillers a été déposée en ce sens en janvier contre le conseiller Rishi Kowlessur. Mais ce dernier a eu recours à la justice en s’appuyant sur les derniers amendements apportés à la Local Government Act le 27 novembre 2018.

Selon l’article 12A de cette loi, « every member of a Village Council, including a District Councillor, other than a Chairperson and Vice-Chairperson of a District Council or Village Council, in office on the commencement of this Act, shall continue to serve as such until the day immediately preceding nomination day at the election of Councillors to a Village Council to be held in the year 2020 ». Cette loi a été Gazetted et elle est entrée en vigueur le 29 novembre dernier.

Ravi Seeburun déplore les amendements malgré une majorité numérique au sein du conseil du village. « Les amendements ont été votés en novembre 2018. Cela nous porte préjudice. Le but de ces amendements était de repousser la date des élections villageoises. Or, les articles de cette loi n’auraient pas dû être amendés. Nous ne pouvons plus sanctionner un conseiller, même s’il ne donne plus de satisfaction. Ce conseiller ne collabore plus et cela nous pénalise au sein du village et au conseil de district de Moka », allègue-t-il.

Le Défi Quotidien a sollicité la réaction de la vice-Première ministre et ministre des Collectivités locales, Fazila Jeewa-Daureeawoo, sur les amendements que déplore le président du village de Montagne-Blanche. « Je me prononcerai ultérieurement », a-t-elle répondu.

Quant au conseiller Rishi Kowlessur, il affirme que la loi est claire à ce sujet. « Les amendements ont été apportés et tous les conseillers devront rester en poste jusqu’au Nomination Day des prochaines élections villageoises. Leur motion est illégale, la Cour suprême m’a donné gain de cause. J’ai obtenu mon injonction contre eux », dit-il. Quant aux absences dont le président Ravi Seeburun lui reproche, il explique qu’il a des engagements professionnels.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !