Politique

Congrès des Bleus : Xavier-Luc Duval menace l’Electoral Boundaries Commission

Xavier-Luc Duval Bain de foule pour Xavier-Luc Duval à son arrivée au congrès du PMSD au Plaza.

Il n’est pas passé par quatre chemins. Le leader du PMSD a menacé l’Electoral Boundaries Commission que, si elle enfreint à ses devoirs, « dife pou lor li ». C’était dimanche lors d’un congrès des Bleus pour marquer le 88e anniversaire de sir Gaëtan Duval, au Plaza.

Le leader du PMSD et de l’opposition, Xavier-Luc Duval, en a profité pour revenir sur le projet de réforme électorale. Il a révélé qu’il s’est rendu en Angleterre pour rencontrer une personne dans le sillage de ce projet présenté par le gouvernement. Il n’a cependant pas dévoilé le nom de la personne, mais a affirmé que cela « choquera la scène politique mauricienne ».

Xavier-Luc Duval a une nouvelle fois défendu le Best Loser System. Selon lui, « le mal réside dans le redécoupage électoral». «C’est le découpage électoral qu’il faudra revoir, car c’est cela qui fausse les résultats des élections», a-t-il déclaré. « Si Electoral Boundaries Commission pa fer so travay, pou ena dife lor li. Le PMSD na pa pou aksepte», a prévenu Xavier-Luc Duval.

Recensement ethnique

Le leader du PMSD a aussi insisté sur l’importance de procéder à un nouveau recensement ethnique. « Les plus grands pays au monde le font pour assurer les droits de chaque composante de la population. Il faut éliminer la discrimination raciale », a-t-il dit.

Parlant du combat contre le trafic de drogue, Xavier-Luc Duval promet que le « PMSD dans un prochain gouvernement n’enverra plus les consommateurs en prison. Il faut revoir le certificat de moralité. Dans certains pays, le cannabis a été légalisé pour combattre la drogue synthétique », a-t-il indiqué.

Xavier-Luc Duval affirme aussi que le PMSD, s’il revient au pouvoir, exigera la publication de la liste de recrutements dans le gouvernement.
Abordant le volet politique, il a précisé que « nou pou ena bann prinsip ki pas pu negociable».

« Si ena pu pran décision difficile pu zot l’intérêt, mo pa pu hésité pu fer li», a lancé Xavier-Luc Duval. Il a accusé des partis de vouloir maintenir le statuquo sur la question dans le but de protéger leur pouvoir politique.

Le leader du PMSD explique qu’il se bat pour un pays où toute personne, quelle que soit son origine ethnique, ait sa place au soleil. A cet effet, il se prononce pour un amendement de la loi afin qu’on  publie la liste des recrutés tant dans la Fonction publique, les corps paraétatiques et le secteur privé de façon à s’assurer que personne ne soit lésé. « Nous voulons un vrai changement dans la vie des Mauriciens», dit-il.

Xavier-Luc Duval est aussi en faveur d’une nouvelle approche dans le combat contre la drogue. Il condamne l’intransigeance du gouvernement sur la question de la dépénalisation du cannabis. Il avance que l’Afrique-du-Sud est le dernier pays à avoir dépénalisé cette drogue douce. Il estime que le gouvernement doit revoir sa position, car le pays perd la bataille contre la drogue synthétique, dont le prix est plus qu’accessible.

Le leader du PMSD n’est pas en faveur de l’octroi d’un certificat de moralité pour avoir un emploi. « On ne peut condamner deux fois une personne pour une faute qu’il a commise ». Il a fait état de personnes dont la vie a été brisée pour une faute qu’il a commise dans un lointain passé. Il attire l’attention qu’en Grande-Bretagne, le certificat de moralité n’existe pas. Il exclut toutefois les pédophiles et autres délits sexuels.