Actualités

Confinement de deux semaines : comment les familles comptent-elles meubler leur temps ?

Depuis le vendredi 20 mars à 6 heures, le pays est en confinement, et ce pour les deux prochaines semaines. Le but est d’empêcher la propagation du coronavirus. En conséquence, les familles mauriciennes doivent trouver de quoi meubler leur temps. Nous avons interrogé certaines d’entre elles pour savoir ce qu’elles comptent faire durant la période de confinement.

Sandhyana Valayten : « Aider mes enfants à étudier »

Sandhyana profite de ce congé forcé pour aider  ses enfants dans leurs études.
Sandhyana profite de ce congé forcé pour aider ses enfants dans leurs études.

Sandhyana a deux fils, Senthil et Shatky, âgés de 10 et 6 ans respectivement. Le premier jour de confinement, cette maman, qui travaille dans une compagnie privée, raconte qu’elle  en a profité pour faire la grasse matinée. « J’ai très rarement l’occasion de me lever tard, car je dois rentrer au travail à 7 heures tous les jours. J’en ai donc profité pour rattraper le sommeil perdu. Pour le petit-déjeuner, j’ai préparé des crêpes pour les enfants. Je compte profiter de ces deux semaines pour passer du temps avec eux, car certains jours, je rentre à 19 h 30 », confie Sandhyana.

La jeune femme compte profiter de ces deux semaines pour aider ses enfants avec leurs devoirs. « L’enseignant de Shatky, qui est en Grade 2, envoie les devoirs et les cours aux parents sur un groupe WhatsApp.  Quant à Senthil, qui est en Grade 6, il profite de ce congé forcé pour travailler des past papers. Je vais également profiter ce temps pour étudier. Je suis des cours à temps partiel en LLB. Me voir étudier à leurs côtés va certainement motiver  mes enfants », nous dit-elle.

Ses fils auront bien sûr aussi du temps libre pour s’amuser. « Ils vont jouer à la PlayStation, faire de la peinture, chanter et regarder des dessins animés. Je les laisserai profiter de ces deux semaines. Pour ma part, confinement rime avec davantage de tâches ménagères, car la femme de ménage ne se déplace pas. J’aurais donc du pain sur la planche. Mon mari va lui aussi devoir travailler à la maison. Cependant, je n’ai pas envie de me stresser et planifier ce qu’on va faire pendant ces 14 jours. Je pense que cela se fera plus au feeling », dit-elle.

Tahir Wahab : « Jeux de société et activités physiques »

Tahir Wahab en compagnie de sa fille et de son épouse.
Tahir Wahab en compagnie de sa fille et de son épouse.

Directeur associé au sein d’une compagnie offshore, Tahir Wahab, qui a une fille âgée de 6 ans, avoue que ces deux semaines de confinement ne seront pas de tout repos. « C’est la première fois que toute mon équipe doit travailler de la maison. Vendredi, je me suis levé tôt comme si je partais au travail. Puis, j’ai commencé à travailler en ligne. Nous n’autorisons pas notre fille Maleeha à regarder des dessins animés à son réveil. Nous avons pris notre petit-déjeuner et nous l’avons aidée à faire ses devoirs », indique Tahir Wahab.

En effet, comme bon nombre de parents, la direction de l’école de Maleeha a pris des dispositions pour envoyer des devoirs via internet. « L’école a mis en place un plan de travail pour les élèves pour ces deux semaines. Dès que ma fille finit ses devoirs, nous prenons une photo et l’envoyons sur le groupe WhatsApp de sa classe. Cela permet à l’école et également aux parents de faire un suivi avec l’enfant », explique le père.

Les Wahab comptent profiter de cette période pour passer du temps ensemble et jouer à des jeux de société. « Quand je serai pris avec le travail, ma femme prendra le relais pour, par exemple, encourager ma fille à participer à la préparation du repas. Nous allons profiter pour manger ensemble. Ma fille, étant fan de scrabble, je vais jouer avec elle », avance-t-il.

Tahir Wahab est d’avis que l’activité physique aussi est très importante pendant cette période. « Nous avons la chance d’avoir un espace pour nous détendre à l’extérieur. Ma fille pourra sans problème faire du vélo », dit-il.

Karen Pellegrin : « Resserrer nos liens »

Karen Pellegrin avec ses trois enfants et son époux.
Karen Pellegrin avec ses trois enfants et son époux.

Mère de trois enfants, Karen Pellegrin avance que cela demandera un peu d’ingéniosité de la part des familles pour meubler le temps. « Nous allons devoir trouver de quoi passer le temps. Mon mari et moi, nous sommes dans le secteur de l’immobilier et dans la construction. Moi, j’ai l’habitude de travailler à la maison, mais cela ne va pas être évident pour mes enfants et mon mari », soutient-elle. Karen explique qu’elle a donc préparé un emploi du temps pour son petit dernier qui est en Grade 5.

« Pour le premier jour de confinement, j’ai laissé le champ libre à mon fils pour qu’il se relaxe, mais dès lundi nous allons commencer à faire des devoirs et à travailler. Il ne faut pas qu’il oublie ses études. Mes fils et mon époux jouent au football six jours sur sept, mais ne pourront pas le faire. Dans ce cas, nous allons profiter de notre temps libre pour regarder des films et des documentaires, jouer à des jeux de société et aussi partager des repas en famille, car c’est une chose que nous avons assez rarement l’occasion de faire. Mon benjamin a d’ailleurs dit que toutes ces activités nous rapprocheront davantage.  », avance-t-elle.

Karen indique que son fils aîné et sa fille de 17 ans passeront du temps sur internet et sur les réseaux sociaux. Cependant, étant en pleine période de carême, elle révèle que chaque membre de la famille devra faire sa prière dans son coin. « Les jeudis, nous faisons une prière tous ensemble chez ma belle-mère qui habite au rez-de-chaussée. Avec le confinement, nous avons choisi de prier chez nous chacun de son côté ».

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !