Politique

Conférence de presse - Arvin Boolell : «Le projet de la turbine à gaz refait surface en toute opacité»

Le lader de l'opposition s'en est pris au gouvernement sur plusieurs sujets lors de la conférence de presse. Le lader de l'opposition s'en est pris au gouvernement sur plusieurs sujets lors de la conférence de presse.

Il faut avoir une vision à long terme sur la production  nationale de l’énergie électrique. Mais le projet de la turbine à gaz refait surface en toute opacité. C’est ce qu’a souligné le leader de l’opposition lors d’une conférence de presse vendredi.  

Arvin Boolell a indiqué que le contrat avec les Independent Power Producers (IPP) va bientôt prendre fin et que le projet de la turbine à gaz est en train de refaire surface en toute opacité. « Ce projet touche l’industrie sucrière, la production de l’énergie. Il n’y a aucune clarté sur la production de l’énergie», dit-il.  Ce dernier a indiqué que la compagnie sucrière Alteo va enlever 2000 arpents sous culture de la canne à sucre et celle de Bel-Ombre envisage d’en faire autant avec quelque 1000 arpents. « On sait tous que la canne à sucre à une dimension multifonctionnelle », ajoute-t-il. 

Le leader de l’opposition se demande s’il y a eu des consultations avant que l’ambassadeur de Maurice aux Nations unies, Jagdish Koonjul, n’écrive un article dans le magazine ‘The National Interest’ intitulé ‘Breaking Up with Britain : Why Mauritius wants an agreement with America’. Il a souligné qu’il n’y a pas eu de consultations au préalable avec aucun leader des partis politiques mauriciens. Arvin Boolell a indiqué qu’il y a la réinstallation de nos frères des Chagos, la question des droits humains et finalement l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice (CIJ) à tenir en considération. « On ne sait pas si Olivier Bancoult, le leader du Groupe Réfugiés Chagos, a été consulté avant que l’article ne soit publié. Mais je trouve cela drôle que Jagdish Koonjul ait écrit un tel article sans l’aval du gouvernement. La Grande-Bretagne et les États-Unis vont maintenir ce qu’ils ont dit jusqu’à présent, que c’est une dispute bilatérale. On sait tous qu’ils font fi de ces avis consultatifs », a-t-il dit. 

Le leader de l’opposition a aussi souhaité qu’il soit consulté avant des nominations dans plusieurs institutions. 

Il se demande, par ailleurs, comment le Metro Express a pu obtenir un certificat de sécurité en 23 jours. « C’est une chose très sérieuse et très grave. On est en train de prendre un énorme risque avec un projet aussi important. Je souhaite qu’il n’y ait pas, à Quatre-Bornes, une répétition des inconvénients rencontrés à la promenade Roland Armand, à Beau-Bassin, lors de la construction du réseau de Metro Express. On n’est pas contre le projet, mais les gens doivent avoir accès à l’information », a-t-il indiqué.  Parlant de l’accident survenu à la station-service de Wooton et qui a causé la mort d’un pompiste, il a indiqué qu’il compte suivre de près l’évolution de l’enquête policière sur ce dossier. « La famille du défunt a le droit de savoir ce qui se passe dans cette enquête. La personne qui devait partir après un tel accident, c’est le Commissaire de police, car il n’inspire plus confiance », a-t-il conclu. 

Le député Patrick Assirvaden a souligné, pour sa part, que le directeur général du Central Electricity Board, Shamsher Makoon parle d’une baisse du tarif d’électricité mais, selon lui, c’est le conseil des ministres qui doit prendre une telle décision. Il se demande où en est la campagne d’énergie renouvelable. Le président du Parti travailliste a souligné que la compagnie Poten & Partners a soutenu, dans un rapport, que Maurice n’a pas une masse critique adéquate pour venir avec le projet de turbine à gaz. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !