Actualités

Condamné à trois mois de prison pour escroquerie : Prakash Boolell évoque sept points d’appel

Prakash Boolell L’avocat radié a été condamné pour escroquerie.

L’avocat radié Prakash Boolell, âgé de 70 ans, a été condamné, le mardi 4 février 2020, à trois mois de prison pour escroquerie devant la Cour intermédiaire. Il évoque sept points et a obtenu la liberté provisoire en attendant que son appel soit entendu devant la Cour suprême. 

Il est reproché à Prakash Boolell d’avoir escroqué un retraité de Rs 130 000, le 3 mai 2012. C’est sa deuxième condamnation pour le même délit. Prakash Boolell a comparu devant les magistrats Niroshini Ramsoondar et Raj Seebaluck pour faire ses plaidoiries entourant la sentence. 

« I have at all times acted in good faith. It is unfortunate that things went wrong, that there have been misunderstandings somewhere due to the absence of a witness. I sincerely regret… », a affirmé Prakash Boolell. 

C’est vers 11 h 05 que les magistrats ont prononcé leur sentence à l’égard de Prakash Boolell. À l’énoncé du verdict, le magistrat Raj Seebaluck a fait état que le tribunal a pris en compte les plaidoiries de Prakash Boolell. Il a aussi noté que ce dernier détient un antécédent pour un délit similaire. 

Le tribunal a donc estimé qu’une peine de prison est amplement justifiée, étant donné la nature du délit et les circonstances de l’affaire. Ainsi, il a écopé de trois mois de prison. Après l’énoncé de la sentence, Prakash Boolell a donné avis d’appel, avant d’être conduit en cellule policière. 

Sentence sévère et excessive

Après plus de trois heures passées en détention, Prakash Boolell a comparu, cette fois-ci, devant la magistrate Nadjiyya Dauhoo pour les procédures d’appel. Sept points d’appel ont été logés pour contester sa condamnation. Prakash Boolell fait état, entre autres, qu’il y a eu des irrégularités lors de son procès et qu’il n’y a pas de preuve pouvant établir sa culpabilité.

Il soutient également que cette sentence est sévère et excessive. Après avoir fourni une caution de Rs 25 000, l’avocat radié a été libéré.


Prakash Boolell : « Mo moral byen ot »

L’avocat radié dit n’avoir pas bénéficié d’un procès équitable. Il a néanmoins le moral au beau fixe et compte beaucoup sur la cour d’appel. « Mo ena bann rezon byen solid pou fer apel. Mo panse mo ena sanss gagne an apel… », a dit Prakash Boolell après avoir fourni sa caution. Il estime avoir été victime d’une injustice.


Antécédent 

Prakash Boolell détient déjà un antécédent pour un délit similaire. Il avait été condamné à six mois de prison pour escroquerie le 24 mars 2003 devant la Cour intermédiaire. La cour d’appel avait maintenu la sentence. Le 16 octobre 2006, le Judicial Commitee du Privy Council avait commué sa peine de six mois de prison en une amende de Rs 10 000. Le 30 mars 2007, la Cour suprême a ordonné que le nom de Prakash Boolell soit rayé de la liste des avocats suivant un comité disciplinaire institué à son encontre par l’Attorney General.


Moojmil Dookhy, le retraité : «Rien à dire sur la sentence» 

Il a toujours été présent durant les derniers mois pour suivre de près l’évolution dans cette affaire. Le retraité Moojmil Dookhy, qui est la victime dans cette affaire, se dit quelque peu soulagé de la sentence infligée à Prakash Boolell, mais ne souhaite pas faire de commentaires. « Il n’a fait que nier les faits », indique le retraité.

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP