Faits Divers

Condamné à 16 ans de prison pour viol : pas de remise en liberté pour Rosan Bundhun

Il avait réclamé la liberté sous caution en attendant son procès en appel. Rosan Bundhun, un Mahébourgeois de 39 ans, a écopé de 16 ans de prison, le 7 août 2018, en cour intermédiaire. Il avait été jugé coupable de deux accusations de viol et de quatre accusations d’agression sur son ex-compagne.

Le jeudi 6 septembre 2018, la cour intermédiaire a rejeté sa demande de remise en liberté sous caution. Le condamné est défendu par Me Alan Ganoo. La poursuite est représentée par Me Ricky Bhookun.

La police avait objecté à cette requête. L’inspecteur Dewoo, affecté au poste de police de Mahébourg, a été entendu dans le cadre de la motion formulée par le prévenu. À la barre, le policier a évoqué les deux motifs d’opposition à cette motion : l’accusé risque de s’enfuir, vu qu’il a écopé d’une lourde peine, et il risque de commettre des délits similaires, une fois libéré.

Le témoin a rappelé que Rosan Bundhun est poursuivi pour deux autres délits sexuels en cour intermédiaire. Délits commis en 2013, soit deux ans après les viols pour lesquels il a écopé de 16 ans de prison.

Dans sa décision, jeudi, la magistrate Niroshini Ramsoondar a souligné qu’il ne serait pas prudent en la circonstance de relâcher le violeur. D’autant que la police a mis un mois pour l’arrêter en 2012, pour n’avoir pas respecté les conditions de sa remise en liberté sous caution. La cour n’a pas retenu l’argument de la défense qui affirme que les objections de la police sont sans fondement.