Xplik ou K

Compteur supprimé : un squatter se bat pour obtenir l’électricité à nouveau

ceb Le CEB ne peut plus connecter des squatters au réseau sans l’aval du ministère du Logement et des Terres.

Louis occupe un terrain de l’État à La Ferme, Bambous. Il veut être connecté au réseau électrique. Une procédure plus compliquée qu’il ne le pensait.

Tout commence en 2009 quand Louis Ulric Maléco obtient un document du précédent régime gouvernemental. « Je suis squatter d’un terrain de l’État depuis plusieurs années. Nous avions obtenu un document des autorités pour certifier que nous occupions ce terrain, ce qui nous a permis d’obtenir un compteur du Central Electricity Board (CEB) à notre nom », confie Louis Ulric. 

« Lorsque nous avions obtenu le compteur électrique, il nous a été demandé de partager la fourniture électrique avec les autres familles de squatters, alors que les factures étaient rédigées au nom de ma femme » relate l’habitant de La Ferme, âgé de 50 ans. Selon ses dires, au fil du temps, les autres squatters ont refusé de s’acquitter des factures. « Les montants dûs pouvaient atteindre 27 000 roupies. Ma femme et moi avons dû cotiser pour régler ces factures. Malheureusement, il nous a manqué une somme de plus de Rs 8 000 à solder. Donc, le CEB a supprimé le compteur en 2017 », explique Louis Ulric.

Entre-temps, le monsieur explique avoir obtenu une fourniture électrique auprès d’un voisin. « Lorsque j’ai entamé des démarches auprès des autorités concernées pour obtenir de nouveau un compteur électrique à mon nom, et pour rétablir la situation et régler la somme due, le CEB m’a fait comprendre que je devrais obtenir un nouveau document du ministère du Logement et des Terres pour que mes démarches puissent aboutir », explique-t-il. « J’ai un membre de la famille qui est handicapé. De plus, mon enfant qui est à l’école est dans l’obligation de faire ses devoirs à la lumière des bougies », explique Ulric.

Interrogé à ce sujet, Aansa Bedacee, Corporate Communication Officer du CEB, explique clairement les procédures à respecter. « D’abord, au niveau du CEB, nous pouvons éventuellement faire les arrangements pour que ce monsieur obtienne des facilités de paiement pour le solde de la facture due », dit-elle. « Maintenant, pour obtenir une autre connexion électrique, c’est une autre paire de manches. Le monsieur a évoqué un document obtenu du ministère et qui donnait son aval pour que les occupants d’un terrain de l’État puissent se connecter au réseau électrique. La donne a changé. Depuis, un communiqué a été émis par le ministère du Logement et des Terres insistant sur le fait que les squatteurs des terrains de l’État, faisant la demande d’un compteur électrique, devaient impérativement obtenir l’aval du ministère et présenter ce document d’autorisation au CEB pour poursuivre les procédures nécessaires », soutient la responsable. 

« Dans le cas de ce demandeur, nous ne pouvons enclencher les démarches de connexion tant qu’il n’a pas obtenu ledit document, car nous devrons suivre le règlement. À notre niveau, nous avons demandé au monsieur de bien vouloir se procurer le document d’autorisation auprès du ministère concerné. Une fois qu’il l’aura obtenu, le nécessaire sera fait rapidement », assure-t-elle.