Faits Divers

Complot en prison pour commettre une escroquerie : un homme de 51 ans écope d’une amende de Rs 75.000

Deux condamnés ont ourdi un complot avec l’homme de 51 ans pour escroquer la somme de Rs 504 700 à un directeur de compagnie

Le complot a été commis de la prison centrale de Beau-Bassin pour escroquer un directeur de compagnie d’une somme de Rs 504 700. Le délit remonte à 2009. Dix ans après les faits, un verdict est intervenu. Nazim Ur Hussein Doodhur a été condamné,  le jeudi 18 juillet 2019,  devant la cour intermédiaire, à une amende de Rs  75 000.

Nazim Ur Hussein Doodhur, âgé de 51 ans, s’est présenté, le jeudi 18 juillet 2019, devant la cour intermédiaire, en fauteuil roulant. Il vient de subir une  amputation du pied gauche. Ce Portlouisien fait l’objet d’une accusation d’entente délictueuse. 
Selon l’acte d’accusation, il a, de la prison centrale de Beau-Bassin, ourdi un complot avec un condamné, Mohammad Yusuf Heerah, pour escroquer un directeur de compagnie d’une somme de Rs 504 700. L’affaire remonte à 2009.

Nazim Ur Hussein Doodhur a plaidé coupable et a assuré sa propre défense. Sous serment, il a présenté des excuses à la cour et a soutenu qu’il vient de subir une amputation et ne se déplace qu’en fauteuil roulant. 

Selon l’accusation, le prévenu s’est fait passer pour un agent d’une société de crédit-bail auprès d’un directeur de compagnie. Le frère du plaignant s’est rendu à Pailles où il a pu voir des véhicules de luxe mis en vente. Quant au plaignant, il avait jeté son dévolu sur une Mitsubishi Pajero. Il a rencontré ainsi l’accusé à trois reprises et lui a remis une somme de Rs 504 700 pour l’achat de ce véhicule. Cependant, en dépit du paiement effectué, il n’a jamais eu son véhicule, ni récupéré son argent. Des reçus ont été produits en cour portant la signature de l’accusé. À chaque paiement, Nazim Ur Hussein Doodhur avait émis un reçu au nom du plaignant.

Rs 20 000 pour chaque transaction

Dans sa déclaration à la police, Nazim Ur Hussein Doodhur a admis avoir, en septembre 2010, collecté de l’argent en trois occasions du plaignant. Il cite une somme de Rs 504 700. Toutefois, il a déclaré qu’il a commis ce délit sur instructions d’un homme qu’il a rencontré à Coromandel. Il dit ne pas connaître l’identité de l’individu. Nazim Ur Hussein Doodhur a ajouté avoir remis l’argent à une tierce personne, qui lui est également inconnue à lui. À chaque occasion, dit le prévenu, il a touché Rs 20 000. Il a par ailleurs réfuté les allégations faites à son encontre par le condamné Mohammad Yusuf Heerah

Quant à Mohammad Yusuf Heerah, qui purgeait une peine de prison en 2009, il a expliqué avoir utilisé le téléphone d’un condamné à la prison centrale de Beau-Bassin pour donner des instructions à Nazim Ur Hussein Doodhur pour commettre ce délit d’escroquerie. Il a déclaré avoir demandé à l’accusé de se faire passer pour un agent d’une société de crédit-bail, faire croire à ses « victimes » qu’il vendait des véhicules de luxe avant de les arnaquer. Pour cette transaction, Mohammad Yusuf Heerah a affirmé avoir obtenu la somme de Rs 175 000.

À l’énoncé du verdict, la magistrate Nadjiyya Dauhoo dit avoir pris note que le complot a été commis en prison. Elle note aussi que l’accusé a des antécédents pour délits de drogue, de vol avec circonstances aggravantes et d’escroquerie. Sa dernière condamnation remonte à 2015. Elle constate aussi que l’accusé a fait des efforts, de 2015 à ce jour, pour rester loin des ennuis avec la justice. 

La magistrate Nadjiyya Dauhoo note que le délit a été commis il y a 10 ans et que l’accusé a subi une amputation. Elle a souligné la gravité du délit et lui a  infligé une amende de Rs 75 000.
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective