Actualités

Compensations impayées : la grogne des sinistrés de Bain-des-Dames

Bain-des-Dames

Une soixantaine de sinistrés domiciliés dans les régions de Bain-des-Dames et Cassis, une périphérie de Port-Louis, a démontré sa colère devant le poste de police de la région, samedi. Ils s’insurgeaient contre la lenteur de la police à leur accorder les documents nécessaires leur permettant de percevoir une compensation du gouvernement, suite aux inondations ayant frappées le pays en début de semaine. Ils réclament l’intervention du ministre de la Sécurité sociale, Etienne Sinatambou.

Castella Raboude, qui habite la région de Bain-des-Dames, avance que les sinistrés se sont rendus au poste de police de Bain-des-Dames cinq jours de suite. Mais ils n’auraient pas reçu leurs papiers d’approbation autorisant le paiement de leurs allocations. Ce n’est que vendredi qu’ils ont été informés que leur cas serait traité et qu’ils obtiendraient les documents nécessaires. D’où leur présence au poste de police de Bain-des-Dames depuis 8 heures samedi matin. « Mais une fois sur place, les policiers nous ont informés que nous n’allions pas recevoir nos papiers d’approbation », explique notre interlocutrice.

Suraj, un autre habitant de la région, souligne que ce n’est pas la première fois que les sinistrés de Bain-des-Dames sont traités de la sorte. « C’est injuste. Nos demeures ont été inondées suite aux récentes intempéries et nous n’avons rien perçu. Lapolis pa oule donn nou papie. C’est la même rengaine à chaque fois. Comment se fait-il que certains sinistrés aient reçu leurs allocations et que d’autres dossiers traînent toujours ? Nous sommes disposés à attendre, mais les autorités doivent nous informer si nous allons percevoir des allocations ou pas… », précise notre interlocuteur.

Pour rappel, les procédures sont claires en cas de catastrophes naturelles telles que les inondations. Les sinistrés doivent se rendre au poste de police de la région pour déclarer les pertes. La police fait un constat des lieux. Un rapport est envoyé au Prime Minister’s Relief Fund (PMRF) et, une fois le dossier approuvé, le PMRF émet des directives au ministère de la Sécurité sociale pour le décaissement des fonds nécessaires.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !