Live News

Compensation salariale : les associations de consommateurs tablent sur un quantum allant de Rs 500 à Rs 1 200 

Le taux d’inflation est relativement élevé cette année et le pouvoir d’achat des Mauriciens a baissé. L’Association pour la protection de l’environnement et des consommateurs (Apec) et l’Association des consommateurs de l’île Maurice (Acim) estiment qu’en sus d’une compensation salariale raisonnable, d’autres mesures doivent être prises pour soulager les ménages. Voici leurs propositions. 

Montants recommandés par l’Apec 

  • Une compensation salariale de 10 %, soit environ Rs 1 200, pour ceux percevant le salaire minimum. 
  • Rs 900 pour ceux qui touchent un salaire situé au-dessus du salaire minimum et allant jusqu’à Rs 30 000. 
  • Rs 750 pour ceux touchant entre Rs 31 000 et Rs 50 000. 
  • Rs 600 pour les salariés percevant plus de Rs 50 000. 

Les Raisons

Suttyhudeo Tengur estime que les montants que propose l’Apec, dont il est le président, permettront aux ménages de faire face à la flambée des prix. « Le taux d’inflation à la fin de cette année, selon le ministre des Finances, serait de 9,5 %. Beaucoup parlent d’un taux à deux chiffres, ce qui est proche de la prévision du ministre », fait-il ressortir. 

Il ajoute que toujours selon les prévisions de Renganaden Padayachy, la croissance économique s’établira à 7,2 % en 2022, que le Produit intérieur brut dépassera la barre historique de Rs 550 milliards et que les investissements connaîtront une hausse de 13 %. « Bref, notre économie a très bien repris. Il ne fait donc aucun doute que le gouvernement est en mesure de compenser, comme il se doit, les travailleurs qui ont dû consentir à d’énormes sacrifices ces dernières années et encore plus avec la COVID-19 », dit-il.  

Autres mesures proposées pour soulager les ménages 

  • Maintenir l’allocation de Rs 1 000 du gouvernement jusqu’en juin 2023. 
  • Réduire d’au moins Rs 15 le prix du litre de carburant. 
  • Trouver les moyens de réduire les prix des médicaments et d’exercer davantage de contrôle sur les tarifs. 
  • Augmenter le nombre d’inspecteurs des prix. 

Montant recommandé par l’Acim  

  • Plus de Rs 500 pour ceux au bas de l’échelle. 

Les Raisons 

Jayen Chellum, secrétaire général de l’Acim, rappelle que le but de la compensation salariale est de permettre aux Mauriciens de rattraper la perte de leur pouvoir d’achat de l’année précédente. « Vu que l’inflation est autour de 11 %, d’une année à l’autre voire de 14 % d’après d’autres sources, cette fourchette compensera dans une certaine mesure les employés qui ont perdu de leur pouvoir d’achat », explique-t-il.

Il est d’avis que les Rs 1 000 accordées précédemment, lesquelles avaient soulagé dans une certaine mesure les salariés, se sont largement érodées. « Du coup, un rattrapage est nécessaire », appuie-t-il. 

Autres mesures proposées pour soulager les ménages 

  • Réintroduire les subsides. Leur retrait couplé à l’introduction des markups a entraîné la flambée vertigineuse des prix de produits de première nécessité. Cela a induit des hausses injustifiées de prix d’aliments tels que les produits laitiers et les yaourts, les « dholl puri » ainsi que les « gato delwil ». 
  • Contrôler les prix des produits émanant des entreprises de fabrication ou d’importation qui sont en situation de monopole. Référence est ici faite aux produits alimentaires de base, notamment le poulet et les œufs, ainsi qu’à d’autres produits couramment consommés, tels que les boissons gazeuses et la bière, entre autres.
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !