Actualités

Commission d’enquête sur la drogue : rapport accablant

Paul Lam Shang Leen

Le rapport de Paul Lam Shang Leen est prêt. Un rendez-vous sera fixé incessamment avec le président de la République par intérim pour le lui soumettre. Le maître-mot de ce dossier : la réorientation de la bataille contre la mafia. 

Un rapport accablant et volumineux. Voilà comment l’entourage de la Commission d’enquête sur la drogue qualifie ce document. Se basant sur les 317 personnes auditionnées, Paul Lam Shang Leen et ses deux assesseurs, Sam Lauthan et Ravind Domun, ont rédigé plus d’une centaine de pages en critiquant plusieurs volets : les lacunes du système et les failles à l’aéroport et au port pour combattre le trafic de drogue.

À mardi soir, très peu d’informations ont filtré permettant de savoir si Paul Lam Shang Leen a déjà fixé un rendez-vous avec le président de la République par intérim, Barlen Vyapoory, pour lui remettre le rapport. Au bureau du Premier ministre, on précise qu’à mardi après-midi cet item ne figurait pas à l’agenda du Conseil des ministres du vendredi 13 juillet. Toutefois, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, pourrait récupérer une copie du rapport lors de sa réunion hebdomadaire avec le chef de l’État le jeudi 12 juillet.

Après la publication du rapport de la Commission de sir Maurice Rault en mars 1987, ce rapport de 2018 risque de provoquer des remous parmi certains avocats et policiers. Selon une source proche du dossier, 17 avocats risquent d’être sévèrement égratignés. La Commission Paul Lam Shang Leen déplore également la relation incestieuse entre certains policiers et des trafiquants. Environ une quarantaine de policiers sont ciblés dans ce rapport, dont 11 sont propriétaires de chevaux. Une vingtaine de gardiens de prison ne seront pas épargnés. Le Défi Quotidien vous propose déjà certaines des recommandations que cette Commission devrait mettre en avant dans son rapport.

Aéroport

Failles notées

  • Des officiers, même en congé, se rendent sur leur lieu du travail.
  • Manque de coordination entre différents organismes au sein de l’aéroport.
  • Les passagers en transit ne sont pas soumis à des fouilles.
  • Les fruits et légumes importés ne sont pas scannés, contrairement aux colis.

Recommandations attendues

  • Chaque organisme devrait être concerné par le trafic de drogue, y compris l’unité de sécurité de l’aviation civile.
  • Contrôle plus stricte après le nettoyage des avions. 
  • Introduction de scanners dernier cri. 

Port

Failles notées

  • Quatre zones portuaires ne sont pas sous surveillance de caméras.
  • Trois autres sorties ne sont pas surveillées par la police.
  • Les bennes des camions ne sont pas contrôlés à leur sortie dans l’enceinte portuaire.

Recommandations attendues

  • Un ‘Marine Tracking System’ devra être mis sur pied pour surveiller les mouvements des bateaux, hors-bords, pirogues et catamarans dans nos eaux.
  • Agrandir l’effectifs dans différents départements afin d’assurer un meilleur contrôle.
  • Installation de plusieurs caméras de surveillance dans certains endroits-clés. 

Prison

Failles notées

  • La Commission a relevé 854 appels que le caïd Peroomal Veeren a effectués depuis sa cellule pour l’Afrique du Sud.
  • 7 029. C’est le nombre de personnes qui ont été en communication illégalement avec des prisonniers qui ont été condamnés pour des délits de drogue.
  • La Commission se dit étonnée de constater que le prisonnier Siddick Islam a pu se procurer du Lannate et de la drogue synthétique alors qu’il est incarcéré.
  • La complicité entre certains gardiens de prison et des trafiquants est critiquée. La Commission se basera sur la chaîne en or, équivalentà  Rs 1 million, retrouvée en possession du trafiquant de drogue Peroomal Veeren.

Recommandations attendues

  • Jammers for mobile phones be installed to neutralize network within the prison area.
  • The wall of the prisons be uplifted so as to discharge throwing over the wall.
  • Mobile patrol outside the prison carried out in company of a police officer in uniform.
  • Proper training to be provided to all prison officers respecting concealment of drugs and about the different methods of combatting drugs in prison.
  • Latest radios and adequate lightning to be provided.
  • Superior officers be part of the searching team to supervise search, specially during the night, or a team of Adsu be posted on a roaster basis to assist or to conduct body search upon all those entering or leaving the prison compounds. All prison officers without exception should be subjected to body search.

Avocats

Failles notées

  • 31 avocats ont attiré l’attention de Paul Lam Shang Leen.
  • La Commission a obtenu des preuves contre 17 d’entre eux.
  • Certains sont soupçonnés d’être de mèche avec les trafiquants pour « devire » les nouvelles enquêtes.
  • La montée fulgurante de certains juniors avec des biens fraîchement acquis.
  • La Commission déplore le fait que certains hommes de loi ont rencontré des dizaines de détenus en une journée.

Recommandations attendues

  • No unsolicited visit by barristers be allowed.
  • Provisions to be made so that payments to their counsels are effected by the relatives, either through bank cheques or bank transfer, for a better control on the provenance of the funds.
  • Not more than one detainee to be visited by a barrister at a time to prevent detainees involved in drug offences to communicate with each other.

Les autorités concernées

Failles notées

  • 37 policiers ont fait l’objet d’une enquête de la Commission.
  • Un officier de la brigade anti-drogue, suspendu de ses fonctions, travaille avec un présumé trafiquant de drogue.
  • 11 policiers sont propriétaires de chevaux, alors que leurs sources de revenus ne leur permettent pas d’avoir une telle richesse. 
  • La rude concurrence entre l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu) et la douane a été observée. La Commission note aussi un manque de communication et un manque de partage d’informations entre les deux organismes. 

Recommandations attendues

  • La Commission recommande une étroite collaboration entre les différentes autorités. Elle réclame une réunion mensuelle entre l’Adsu, la douane, la prison, l’Icac, la FIU et les hauts gradés de la police pour des échanges d’informations.
  • Une enquête approfondie devra être menée par ces autorités pour connaître la provenance des fonds et les acquisitions qui ont été faites par les trafiquants et leurs proches.

Casinos et maisons de jeux

Failles notées

  • Certaines maisons de jeu sont soupçonnées d’être de mèche avec le réseau du trafic de drogue. Elles aident à blanchir l’argent des trafiquants.
  • Aucune base de données des parieurs n’est disponible pour les retracer.
  • Les machines à sous dans certains casinos sont constamment trafiquées afin d’effacer les données.
  • La Commission note aussi que les reçus des gagnants ne contiennent pas les données personnelles des parieurs. De ce fait, ils peuvent négocier pour obtenir des tickets gagnants pour le blanchiment d’argent.

Recommandations attendues

  • All the Live Game tables and other gaming machines should be connected to an Electronic Bill Collector and the Mauritius Revenue Authority must go ahead as soon as possible with the connection of gaming machines to a central monitoring system as specified under the GRA Act.
  • All players betting as from (Rs 50 000) should be registered with the gaming operator. They will be mandated to show their Identity Card before taking chips.
  • To implement the cashless betting and player card systems which will include the Identity Card number and full particulars of the player.