Live News

Commission Caunhye : Ameenah Gurib-Fakim dit ses «quatre vérités» à son ancien secrétaire, Dass Appadu

Rebondissement de taille à la commission Caunhye, en ce lundi après-midi 11 février 2019. Les travaux ont commencé avec l’audition d’Ameenah Gurib Fakim après le déjeuner. L’ancienne présidente de la République a vraisemblablement voulu régler ses comptes avec l'ancien secrétaire à la présidence, Dass Appadu. Et l’ex-présidente n’y est pas allée par quatre chemins.
« Je n’étais certes pas contente du transfert de Dass Appadu, mais je n’étais pas désespérée comme il l’a dit »

Via une déclaration lue à haute voix devant le président et les assesseurs de la commission d'enquête, Ameenah Gurib Fakim a voulu ainsi clarifier certains faits exposés lors des auditions de la commission, et ce, après le contre-interrogatoire de Dass Appadu, qui avait eu lieu la semaine dernière. 

« Je n’étais certes pas contente du transfert de Dass Appadu, mais je n’étais pas désespérée comme il l’a dit », a affirmé avec certitudes Ameenah Gurib Fakim. 

Et de poursuivre sur le même ton : « Il y a des allégations infondées sur ma relation avec Alvaro Sobrinho », a encore souligné avec force l’ancienne présidente de la République. 

Sa déclaration de ce jour fait suite à celle de l’ancien secrétaire à la présidence, Dass Appadu qui avait été de nouveau appelé à témoigner devant la commission Caunhye et apporter des éclaircissements sur ses déclarations passées.

L’ancienne présidente soutient qu’il est totalement faux de dire qu’elle faisait de longues promenades avec Alvaro Sobrinho

Ameenah Gurib-Fakim a également soutenu avec véhémence qu’il est totalement faux et erroné de dire qu’elle faisait de longues promenades avec l’homme d’affaires angolais, Alvaro Sobrinho, et ce, dans le jardin de la State House. 

Elle avance sur ce point qu’elle était toujours accompagnée de ses gardes du corps officiels lorsqu’elle était en fonction. 

L’ancienne présidente de la République dément par ailleurs avoir pris contact avec Motichand Seebah, le secrétaire permanent à la présidence.

«Je me suis sentie esseulée. Raison pour laquelle je me suis tournée vers Yousuf Mohamed », annonce Ameenah Gurib-Fakim droit dans ses bottes et fidèle à sa ligne de défense. 

Et avant de conclure, l’ancienne présidente de la République a rapporté avec insistance devant la commission qu’elle n’avait aucune intention d’influencer la Financial Services Commission (FSC) en faveur notamment du Planet Earth Institute.