Live News

Commercialisation des produits alimentaires : la STC n’importera pas d’huile comestible

Les fournisseurs d’huile comestible ne proposent pas un prix compétitif pour le marché mauricien.

La State Trading Corporation (STC) a abandonné l’idée d’importer de l’huile comestible pour la consommation locale. Motif : aucun fournisseur ne propose un prix plus compétitif que celui pratiqué sur le marché local. Par contre, le lait en poudre sera commercialisé par l’organisme

Le vendredi 20 août dernier, le Conseil des ministres avait donné son accord pour que la STC lance un exercice d’appel d’offres pour ces deux produits. Cela concernait notamment 50 tonnes métriques (MT) de lait en poudre instantané d’origine néozélandaise à partir d’une liste de huit fournisseurs potentiels et 95 MT d’huile de soja conditionnée dans un logement d’un litre à partir d’une liste de 11 fournisseurs égyptiens. Mais près de deux mois après, l’organisme a mis au placard la seconde option.

« Il est difficile de trouver des fournisseurs d’huile comestible sur le marché mondial pouvant proposer des prix aussi compétitifs que ceux pratiqués à Maurice », affirme-t-on dans les milieux concernés. D’où la décision d’oublier l’idée d’importer ce produit. « On ne pense pas qu’on se lancera dans cette aventure », fait comprendre un cadre de l’organisme. Il ajoute qu’il faut attendre que le prix sur le marché mondial baisse avant de prendre une décision. Aussi le prix du fret aura un impact considérable sur l’importation. « Si le prix du fret continue d’augmenter, ça sera alors quasi impossible de lancer un nouvel appel d’offres », dit notre source.

Subvention de rs 500 millions

En ce qui concerne le lait en poudre, la STC a pu trouver des fournisseurs avec lesquels elle pourra travailler. D’ailleurs, la semaine dernière, des échantillons du produit ont été soumis à la corporation. « D’ici l’année prochaine, le lait de Nouvelle-Zélande sera commercialisé par la STC. Les consommateurs auront ainsi un plus grand choix avec ce lait qui sera proposé à un prix compétitif », indique le cadre.

Concernant l’importation des médicaments, on nous fait comprendre que cela reste « très technique». Un cadre de l’organisme affirme qu’un comité au ministère du Commerce travaille sur ce sujet. « Ce n’est qu’après qu’une décision pourra être prise, car plusieurs conditions doivent être respectées », avance-t-il, tout en ajoutant qu’il faudra recruter un pharmacien. « Le ministère s’occupera de toute « la bureaucratie » et la STC verra ensuite si elle pourra importer les médicaments », affirme-t-on.

Depuis juillet 2021, les prix du lait et de l’huile sont contrôlés. Pour que les importateurs et les distributeurs de produits alimentaires ne soient pas pénalisés, une subvention à hauteur de Rs 500 millions leur est accordée à travers la Mauritius Revenue Authority (MRA). Cette aide est entièrement financée par l’État.

Le prix de l’huile est commercialisé en ce moment entre Rs 35 à Rs 73 le litre dépendant de la marque. C’est la même chose pour le lait. Il est commercialisé entre Rs 78 à Rs 987 dépendant de la marque, mais aussi du logement.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !