Explik Ou Ka

Collège Royal de Port-Louis : une barrière qui menace de s’effondrer

La rue sur laquelle penche le grillage est très fréquentée.

Ramen S. habite rue Charles Henry, à Cassis, juste derrière le collège Royal de Port-Louis. Il s’est exprimé sur les ondes de Radio Plus mercredi 4 mars pour mettre en garde contre la barrière endommagée du collège.

«La barrière ne tient qu’à un fil. C’est une structure qui représente un réel danger et qui peut tomber à n’importe quel moment.  La rue est très fréquentée, beaucoup de piétons et de voitures utilisent cette rue tous les jours. Cela fait quelques mois depuis que cette barrière menace de tomber, mais il y a quelques jours, c’est devenu encore plus dangereux même les camions ne peuvent pas circuler. Les tuyaux de la barrière sont pourris », avance Ramen. L’habitant de Cassis raconte qu’il s’est rendu au collège pour rencontrer le directeur afin de lui faire part de ce problème, mais ce dernier lui a dit que rien ne pourrait être fait pour remédier à ce problème car ils n’ont pas les moyens de faire la maintenance. « Il m’a référé au responsable de maintenance de la cour du collège. Cela n’a rien donné. Lui aussi m’a informé que rien ne pourrait être fait car cela coûterait beaucoup de faire enlever la barrière », indique Ramen. 

Deenesh Seeharry, responsable de communication au ministère de l’Éducation a pour sa part fait savoir que le directeur de la zone concernée a été informé de ce problème.  « Il faut savoir qu’au niveau du ministère il y a un département qui s’occupe des infrastructures. Il y a des provisions budgétaires qui sont faites pour la maintenance de l’infrastructure et le collège Royal de Port-Louis bénéficie d’un budget. Selon la description faite par Ramen, il y a urgence puisque cette barrière pourrait s’effondrer sur au moins 25 mètres. Une équipe se rendra sur les lieux très rapidement », a assuré Deenesh Seeharry. 

Feux de broussailles

Saisissant l’occasion, Ramen a aussi fait part d’une mauvaise pratique au sein de l’établissement concernant les feux de broussailles. Selon ses dires, lorsque l’entretien de la cour est fait, l’herbe est mise en tas et est brûlée. Plusieurs fois, des pompiers sont intervenus. Deenesh Seeharry affirme avoir pris note de la situation pour faire un suivi. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !