Explik Ou Ka

Collecte publique : Michael lutte pour son fils qui a besoin d’une greffe du foie

Michael a un mois et demi pour trouver les Rs 580 000 manquantes.

S’il veut avoir une chance de sauver son fils Jérémie, âgé de sept ans, Michael doit trouver les Rs 580 000 qui manquent pour la transplantation hépatique que doit subir ce dernier. Le père arpente les rues dans l’espoir de recueillir cette somme. C’est Christelle, la mère du garçon, qui donnera une partie de son foie. Voici leur histoire. 

«Papa, quand est-ce que je vais guérir ? » Michael, 40 ans, est désarçonné à chaque fois que son fils Jérémie, âgé d’à peine sept ans, lui pose cette question à laquelle il ne peut apporter de réponse. Le père de famille arpente tous les jours les rues de Floréal où il habite, dans l’espoir de recueillir des fonds pour que son enfant puisse se rendre à Chennai afin de subir une transplantation hépatique. 

Mille pensées traversent son esprit. Il est parfois découragé, mais il se ressaisit aussitôt car il sait pertinemment qu’il ne peut pas flancher. Il doit se battre pour son fils qui attend cette greffe du foie. C’est Christelle, 33 ans, la mère de l’enfant, qui donnera une partie de son foie.  

« Mon fils aurait déjà dû prendre l’avion pour Chennai. Mais sur les Rs 600 000 dont il a besoin pour l’intervention, je n’ai recueilli que Rs 20 000 », révèle Michael. Il indique, preuves à l’appui, qu’il a obtenu l’autorisation de la police de mener une collecte publique entre le 12 octobre 2019 et le 11 janvier 2020. Il lui reste donc environ un mois et demi pour trouver les Rs 580 000 manquantes.

Souvent il a envie que je l’emmène un peu à l’extérieur. Mais je ne peux pas, car il est relié à un tube…»

Sauf que c’est loin d’être facile pour Michael qui ne peut compter que sur lui-même financièrement parlant. Il faut dire que la vie ne lui a pas fait de cadeau non plus. Père de trois enfants, son aîné, Jason, 10 ans, souffre d’un retard mental. Il fréquente une école spécialisée à Castel, tout comme Jérémie, qui est le cadet. Christelle ne travaille pas. Elle aussi souffre d’un léger retard mental, confie Michael. Le dernier enfant du couple est une fille. Elle s’appelle Ruth et elle n’est âgée que d’un an. Fort heureusement elle est en bonne santé. 

Amour fraternel  

À la fin de la journée, quand Michael rentre chez lui, Jérémie le regarde dans les yeux et lui lance : « Papa, quand est-ce que je vais guérir ? » Il ne sait quoi lui répondre dans ces cas-là. « Souvent il a envie que je l’emmène un peu à l’extérieur, à la tabagie du coin, par exemple. Mais je ne peux pas, car il est relié à un tube », raconte tristement Michael. Il se dit toutefois heureux de l’amour que témoigne Jason à Jérémie. « Il lui sert à manger. Il joue avec lui en faisant attention. Bien qu’il soit retardé, il est conscient que Jérémie est gravement malade », déclare-t-il. 

Lorsque son fils est tombé malade, Michael, qui est ferrailleur, a dû s’absenter plusieurs fois du travail. Cela lui a toutefois valu de perdre son emploi. Depuis, il exerce son métier çà et là quand on fait appel à lui. « Je ne peux plus avoir un travail fixe à cause de la santé de mon fils. Il peut avoir besoin de moi à n’importe quel moment », explique-t-il.

Fort heureusement, Michael peut compter sur le soutien moral de ses trois frères et ses deux sœurs. Depuis 2016, il vit dans la même cour que sa mère, une veuve de 68 ans qui est diabétique. Vu son état de santé, Michael préfère ne pas lui imposer d’autres soucis. « Je ne veux pas avoir à compter sur elle. Elle est déjà malade », dit-il. 

Actuellement, Michael mène sa quête tout seul. Dans les jours qui viennent, il devrait pouvoir compter sur la présence de ses amis Nanda, Yoven et Fred à ses côtés. Le père de famille se dit conscient qu’il ne peut pas s’aventurer tout seul dans certains endroits, car cela pourrait s’avérer dangereux. Michael se dit chanceux de pouvoir compter sur l’aide de ses voisins avec lesquels il entretient de bonnes relations. « Certains d’entre eux ont proposé de me donner quelque chose à la fin du mois », confie-t-il. Tant qu’il n’aura pas réuni la somme nécessaire, Michael continuera d’arpenter les rues, pour son fils… 

Toute aide est la bienvenue

Tous ceux qui sont touchés par l’histoire de Jérémie et qui souhaitent l’aider financièrement peuvent lui verser de l’argent sur un compte bancaire prévu à cet effet. Voici les détails :

Nom : LAFLEUR MICHAEL
No de compte : 03136200063461 (SBM)
Le père peut aussi être joint sur le 5741 3865 ou le 5446 6659.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019