Magazine

Coiffure : Samuel David, l’art’hair incontournable de l’univers féminin

Samuel voue un amour fou pour la coiffure.

Il est de… mèche avec les femmes qu’il sublime à coups de ciseaux. Les mariées se l’arrachent, les mannequins ne jurent que par lui. Samuel est l’auteur des plus belles coiffures des derniers catwalk locaux. 

Vous avez sûrement entendu parler de SD Hairstyle. Plus qu’une petite entreprise, c’est un brand d’un prodige de la coiffure. Du haut de ses 25 ans c’est en toute humilité que Samuel David revient sur son parcours. Il a choisi de vivre sa passion tout en continuant à saisir les opportunités qui se présentent à lui en tant qu’enseignant en Visual Arts. Il réussit là où beaucoup d’autres ont échoué dans un univers jalonné d’embûches et où la compétition est plus que rude.

Derrière le sourire timide de Samuel David se cache un téméraire pour qui baisser les bras n’a jamais été une option. L’amour pour les cheveux, il l’a depuis sa plus tendre enfance. Déjà encouragé à huit ans par les siens à poursuivre sa voie. En effet et à cet âge, il faisait de belles tresses dans les cheveux de sa petite sœur. Il confie : « Les femmes de la maison ont vite compris que la coiffure m’était innée et à dix ans, elles m’emmenaient chez la coiffeuse pour que j’apprenne des techniques. Elles ont par la suite acheté des produits pour que j’exerce mon talent ». 

Coiffeur de la famille à dix ans

Dès son enfance, Samuel devient le coiffeur de la famille. Pourtant, il ne parle pas de sa passion à ses amis de collège. Obligé de travailler pour payer ses études tertiaires au Fashion and Design Institute, Samuel continue à coiffer. 

« J’ai toujours aimé tout ce qui touchait de près ou de loin à l’art et d’ailleurs pendant mes années d’études, j’ai travaillé dans des salons de coiffure pour pouvoir me payer des fournitures.» Coloration, défrisant, coupe et brushing n’ont pus de secret pour lui. Samuel s’est fait un nom dans un univers féminin. « J’ai brisé les stéréotypes et je l’assume ». 

Il y a trois ans et alors qu’il coiffe sa toute première mariée, il rencontre le ‘make-up artist’ Hans Dax. Ils deviennent amis. « Avec lui, j’ai découvert l’univers de la mode et des catwalks et rencontré des mannequins que je voyais dans le magazine. » Samuel est invité à assurer les coiffures du premier défilé d’Hans Dax, ‘Strike a pose’. Il compte huit collaborations pour ce genre d’événements. 

Récemment, il a signé son premier défilé, de A à Z, avec la collaboration de la styliste Alexandra Juglall. « J’ai eu la chance de travailler avec de nombreux designers locaux et l’un de mes plus grands accomplissements, c’est avec la designer, Chuyan, lors d’un défilé pour la New Chinatown Foundation. »

Samuel respire la créativité. « Pour moi, chaque coiffure doit correspondre à la personnalité de chacun mais elle dépend aussi du thème du défilé et de la tenue. Une coiffure doit avant tout compléter un look. » Jongler entre son métier et sa passion n’est pas de tout repos pour le jeune homme, mais l’amour de son métier est incontournable. « Je ne sais pas combien de temps cela va durer, mais je me dis souvent que je vis « my best life » en ce moment… malgré la fatigue. » Entre-temps, le hairstylist continue son petit bonhomme de chemin et prévoit un autre défilé au Hennessy Park Hotel et des collaborations avec des magazines.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !