People

Classée 21e dans la filière Économie pour le HSC - Kesha Ramjeet : «Le rêve de mon défunt père est devenu le mien»

Elle est animée par l’envie de réussir et de réaliser le rêve de son père, décédé il y a neuf ans. Ce dernier voulait qu’une de ses filles soit lauréate ou se trouve classée pour les examens du Higher School Certificate (HSC) afin d’avoir une meilleure vie. Depuis, Kesha Ramjeet travaille nuit et jour pour le concrétiser. Elle a d’ailleurs réussi ce pari qu’elle s’est lancée il y a quelques années en se démarquant dans la filière économique dans la cuvée 2018 en se classant 21e. 

Les difficultés que nous traversons tout au long de notre vie ne sont pas là pour nous détruire, mais pour nous aider à réaliser notre potentiel. Cela, Kesha Ramjeet, aujourd’hui âgée de 19 ans, l’a compris très tôt. Même si la vie ne lui a pas toujours fait de cadeau, elle s’est battue pour atteindre l’un de ses objectifs. Elle est d’ailleurs satisfaite de ses bons résultats aux examens du HSC. « Je suis vraiment fière. J’ai travaillé très dur pour avoir ces résultats », raconte notre interlocutrice.

Elle est la benjamine d’une famille de quatre filles. Au début de sa scolarité à Bon-Accueil Government School, elle s’intéressait moyennement à ses études. « Quand j’étais au primaire, je passais mon temps à jouer. Les études n’étaient pas mon truc. D’ailleurs, j’étais une élève moyenne », raconte-elle. Toutefois, sa vie allait basculer quelques années plus tard à la mort de son père, Gawtumsing.

Cette habitante de Bon-Accueil n’avait que 10 ans lorsque son père a quitté ce monde. Sa mère Bhanumatee, jusqu’ici femme au foyer, a dû faire des sacrifices pour ses filles. Elle a suivi une formation en coiffure et a trouvé de l’emploi dans un salon pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille. « La vie n’était pas facile. Ma maman a beaucoup persévéré et s’est beaucoup sacrifiée pour que mes sœurs et moi ne manquions de rien », poursuit Kesha Ramjeet. 

Très vite, elle a pris conscience que, dans la vie, les opportunités ne sont pas offertes, mais qu’elles doivent être « arrachées ». Et que cela demande du courage et de la persévérance. Kesha Ramjeet était en Form II quand elle a pris la décision de concrétiser le rêve de son défunt père. « J’étais enfant. Je ne comprenais rien à la mort ou à la vie. Or, en grandissant, j’ai réalisé l’importance de l’éducation. Le rêve de mon défunt père est devenu mon rêve », se souvient-elle. Depuis, elle se donne à fond dans ses études.

Kesha Ramjeet devient ainsi une élève modèle à la Bon-Accueil State Secondary School. Ses enseignants, qui décèlent son potentiel, la prennnent sous leurs ailes. « J’ai bossé très dur pour avoir une bonne base. J’ai décroché 9 unités aux examens de School Certificate. Ce qui m’a motivé à continuer sur cette voie. J’ai eu beaucoup d’encouragement de la part de mes enseignants, de ma mère, de mes sœurs et de mon beau-frère », dit-elle avec reconnaissance. 

L’habitante de Bon-Accueil a non seulement bénéficié de l’encadrement de ses enseignants, mais certains lui ont aussi donné des leçons particulières gratuitement. D’ailleurs, elle est de ceux qui croient que la ténacité permet d’atteindre l’excellence. « Je révisais beaucoup. Toutefois, j’avais besoin de mes huit heures de sommeil. D’où le fait que je travaillais selon un emploi du temps établi », explique-t-elle.

Ce qui ne l’a pas empêchée de socialiser et de passer du temps avec ses amies. Et de s’adonner à des activités extracurriculaires. Ce qui, selon l’habitante de Bon Accueil, permet de forger sa personnalité et de développer ses aptitudes. Kesha Ramjeet met aussi l’accent sur le fait qu’il n’y a aucune différence entre une Star School et un établissement moyen, précisant que tout dépend de la volonté de l’élève pour réussir. « Il faut croire en soi et c’est déjà presque réussir », conseille-t-elle. 

Passionnée de lecture depuis ses premières années au secondaire, Kesha Ramjeet raffole des livres de Paulo Coelho et de Robin Sharma. Des livres avec des leçons de vie qui l’inspirent pour réussir sa vie. Actuellement, Kesha Ramjeet suit des cours en comptabilité en attendant d’aller à l’Université de Maurice. « Je rêve de devenir actuaire. Je trouve l’analyse des chiffres très inspirante. Je sais que je ne vais jamais m’ennuyer », s’exclame notre interlocutrice. 

Même si la vie n’est pas facile et le chemin sera rempli d’obstacles, Kesha Ramjeet ne compte pas jeter les armes. Son prochain objectif est de terminer ses études supérieures pour avoir un emploi et réussir sa vie professionnelle. Même si son père n’est plus de ce monde, elle sait qu’il continue à veiller sur elle. Et là où il se trouve, il est fier de sa benjamine.