Législatives 2019

Circonscription no 13 : Dulthumun met le feu aux poudres

L’arrivée de Somduth Dulthumun à Rivière-du-Poste, pas au goût de tout le monde.

Le scrutin se déroulait dans une ambiance bon enfant dans la circonscription Rivière-des-Anguilles/Souillac jusqu’à ce que le président du Hindu Common Front, Somduth Dulthumun, et des partisans de l’Alliance Morisien se sont pointés à Rivière-du-Poste.

Rivière-du-Poste était sur les charbons ardents le jour du scrutin. Depuis tôt, jeudi, l’atmosphère était palpable. Les activistes des différents bords politiques se sont installés dans les périmètres de Rivière-du-Poste Government School, respectant les 200 m imposés pour voir de près les faits et gestes de leurs adversaires.

Le moindre mouvement était surveillé. Des activistes rouges ont d’abord exprimé leur agacement en voyant Munsoo Kurrimbaccus, le candidat du MMM au no. 13, vêtu d’une chemise mauve et d’une écharpe mauve dans l’enceinte de l’école.  Ces derniers se sont aussi plaints auprès des policiers sur place que le véhicule qui transportait le père de Kishore Pertab stationnait devant la Rivière-du-Poste Government School et bloquait la circulation. Le candidat mauve au no. 12 a ensuite expliqué que son père, amputé, attendait la disponibilité d’un fauteuil roulant pour aller voter.

Mais le ton est monté lorsqu’un groupe, composé d’une vingtaine de votants, accompagné d’Ismaël Rawoo, candidat de l’Alliance Morisien au no. 13, et de Somduth Dulthumun, sont entrés dans l’enceinte de la cour de l’école. La présence du président du Hindu Common Front dérangeait. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase a été le “1 2 3 pisso” qui fusait. Les activistes de l’Alliance Nationale, rouges de colère, sont montés au créneau. La police a dû intervenir pour éviter les dérapages.  Dulthumun a été prié de s’en aller. Les membres de la Special Support Unit ont été mandés sur les lieux. Lormush Bundoo, candidat de l’Alliance Nationale, est arrivé sur place juste après et a déploré ce comportement auprès du Returning officer. « Je ne trouve pas cela correcte », a déclaré l’ancien ministre.

Somduth Dulthumun, pour sa part, est revenu sur cet incident, qu’il qualifie de frustration des activistes du camp adverse. « Ils ne digèrent pas que je sois sur le terrain au no. 13 pour apporter mon soutien à l’Alliance Morisien. Ils m’ont malmené verbalement. Je ne comprends pas pourquoi ils ont tant d’amertume », fait-il ressortir. Le Campaign manager de l’Alliance Morisien au no. 13, Siven Silloye, explique que c’est le choix d’un groupe de votants d’aller accomplir leur devoir civique en même temps. « Cet attroupement n’a rien de provocateur. Les adversaires l’ont mal pris. Heureusement que tout est retourné dans l’ordre », dit-il.

Sinon, dans les 12 autres écoles, l’atmosphère était quasiment calme. Les électeurs ont attendu l’après-midi pour converger en grand nombre dans les différents centres de vote. Contrairement au dernier scrutin, en 2014 (81%), le nombre de votants a augmenté, pour atteindre un total de 29 234 sur 35 297 inscrits.

Rawoo nie en bloc

Interrogé sur l’incident, Ismael Rawoo, qui était présent à Rivière-des-Anguilles Government School a répondu : « De quoi parlez-vous ? Le soleil brille de partout. Il n’y a pas eu d’incident. »


Faits marquants

Vadivelu Parsooramen, candidat indépendant, sillonne la circonscription par bus 

Seul, il arpente les rues de sa circonscription pour se faire élire. Vadivelu Parsooramen, candidat indépendant au no. 13, n’est pas passé inaperçu jeudi matin. Il était au bord de la route tenant une fiche avec l’emblème d’un cheval pour se faire connaître des électeurs. De plus, d’un village à un autre, le candidat s’est déplacé uniquement en bus. « Je milite aussi pour l’environnement, de ce fait, je veux donner l’exemple et utiliser le transport public », avoue-t-il. À 70 ans, il est candidat pour la première fois après avoir passé une quarantaine d’années au Canada. 

Activistes à l’intérieur des écoles

Il fallait trouver une idée ingénieuse pour pouvoir être admis dans les centres de vote. Pour cela, certains activistes se sont fait enregistrer comme des candidats indépendants. Avec une accréditation officielle, ils ont pu circuler librement dans les écoles toute la journée et ainsi donner subtilement des consignes de vote aux électeurs.


Réactions

Le manque de fauteuils roulants décrié 

Malgré les efforts déployés pour aider les personnes handicapées à voter en aménageant une salle pour faciliter l’accès des fauteuils roulants, de nombreuses personnes ont dû prendre leur mal en patience car il y avait un seul fauteuil roulant par école. Une fois le fauteuil occupé, les autres personnes ont dû attendre dans la voiture causant ainsi un embouteillage devant l’entrée de certaines écoles. 

Excès de zèle

La tâche n’était pas simple pour les journalistes sur le terrain. Le Returning Officer a interdit l’utilisation du téléphone portable dans l’enceinte de l’école. Pas de photos permises. « Si ou fer enn foto, mo pou dir lapolis met ou deor »,  prévient-il.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !