Economie

CIEL en 2019 : stratégie tous azimuts pour faire avancer les cinq piliers du groupe

Canne

Cette année marque une étape importante pour le groupe CIEL dans plusieurs secteurs d’activités. D’une restructuration plus appuyée de ses opérations sucrières à un meilleur positionnement du textile en passant par des grandes ambitions du secteur des services financiers, le groupe souhaite aller plus loin dans ses objectifs

Jean-Pierre Dalais, Group Chief Executive est optimiste de la performance du groupe dans l’année à venir et sur le moyen terme. « Nous surveillons attentivement les facteurs macroéconomiques incluant les fluctuations usuelles et les opérations commerciales », avance-t-il.

Pour l’année 2018/19, CIEL cherchera à : poursuivre dans la voie de la consolidation afin d’augmenter la rentabilité ; soutenir Sun Ltd en matière de performance économique tout en continuant à répondre aux attentes des clients ; s’assurer que Ciel Textile tire profit de son récent positionnement stratégique qui  apporte déjà des améliorations opérationnelles ; compléter le revirement de Wellkin Hospital qui est déjà en cours et de veiller à une transition fluide du contrat de gestion avec Fortis Healthcare ; et développer davantage le secteur financier en portant Bank One à de nouveaux sommets opérationnels et en visant à ce que BNI devienne la banque leader à Madagascar.

Pour le cluster textile, la direction du groupe compte améliorer la dynamique commerciale tout en insistant sur le développement des talents et le recrutement. Il s’agit aussi d’intégrer la numérisation dans les opérations et aux processus. Elle compte aussi élaborer et finaliser la démarche stratégique quinquennale non seulement pour le textile mais aussi pour trois autres domaines.

Dans le secteur de l’hôtellerie, le groupe s’attend à une meilleure profitabilité du Shangri-La Le Touessrok grâce à un taux de progression bonifié et une optimisation des coûts. Il faut s’assurer aussi de maintenir le niveau de rentabilité de Four Seasons et Anahita en dépit d’une concurrence accrue.

Du côté des services financiers, il faut que le ratio coût-revenu des deux banques du groupe tombe sous la barre des 50 % en vue de produire de meilleurs résultats. Cette année sera également marquée par la mise à exécution de plans d’actions pour atteindre les objectifs d’excellence opérationnelle incluant l’amélioration de l’efficacité des principaux processus. La direction estime important de parfaire l’exploitation des données à travers le ‘Data Competence Centre’ nouvellement créé. Dans la même lignée, elle s’attend à des progrès en matière de marketing numérique pour enrichir expérience client.

Au chapitre de l’agriculture et de l’immobilier, l’heure est à un plan de restructuration important des opérations sucrières d’Alteo à Maurice. Le redressement des opérations de la compagnie au Kenya est aussi à l’agenda. Celles de la Tanzanie méritent une consolidation plus poussée. Au niveau du foncier, le projet résidentiel à Falaise Rouge, Ferney, sera lancé cette année. Des nouvelles offres d’écotourisme sont aussi au calendrier.

Pour les soins de santé, il s’agira d’accentuer l’expérience et la satisfaction des patients. De nouvelles installations sont prévues en termes de dépenses d’investissements à Maurice et en Ouganda. Une attention particulière sera accordée à la gestion totale de la qualité avec l’apport de nouvelles ressources spécialisées et objectifs clairs pour les établissements locaux. Il y aura aussi davantage de coopération avec les médecins.