Explik Ou Ka

À Chemin-Grenier : une fausse information perturbe un écolier durant un examen

Un surveillant a informé des candidats à un examen de Std V qu’ils auraient droit à 15 minutes de plus. Il s’est ensuite ravisé. Un surveillant a informé des candidats à un examen de Std V qu’ils auraient droit à 15 minutes de plus. Il s’est ensuite ravisé.

Depuis son entrée à l’école primaire de Chemin-Grenier, Kiven*, 10 ans, fait la fierté de ses parents en ramenant toujours cinq A+ aux examens finaux. Une bévue d’un surveillant vient, cependant, changer la donne et perturber le déroulement de l’épreuve.

«Inconsolable. » C’est le terme utilisé par Annveda pour décrire ce que ressent son fils unique, qui est en Std V. Ce dernier a obtenu un B à l’examen de kreol alors qui misait sur un A +. La faute, dit-elle, résulte d’une fausse information reçue par un surveillant.

« Il a informé la classe que 15 minutes supplémentaires leur seraient accordées sur l’épreuve du kreol, et qu’elle devait durer 1 heure 45 minutes », relate la mère de l’écolier. Or, poursuit-elle, au bout d’une heure et 25 minutes, le surveillant a rectifié le tir en indiquant aux élèves qu’ils n’auraient pas droit aux 15 minutes additionnelles  et qu’ils devraient cesser d’écrire dans les cinq minutes qui suivaient.

Une modification qui a affecté moralement Kiven, au point où il n’a pu compléter ses vérifications. « Si cette action a pénalisé mon fils, je me demande combien d’autres enfants de sa classe sont dans cette triste situation », s’interroge-t-elle.

L’habitante de Surinam poursuit son récit. « Mon fils est rentré à la maison en larmes, le 4 novembre, en voyant le  B attribué pour l’épreuve du kreol. Pourtant, il s’était bien préparé  en vue d’ obtenir un A +. Depuis la Std I, il obtient toujours un A + dans cette matière », martèle la maman.

Pour elle, il est clair que Kiven a été pénalisé par la diffusion d’une fausse information rectifiée à la dernière minute. Afin que ce type d’incidents ne se reproduise pas à l’avenir, les parents ont voulu attirer l’attention du ministère de l’Éducation.

L’attaché de presse du ministère a donné l’assurance que ce cas ne sera pas traité à la légère. « Une enquête sera ouverte pour situer les responsabilités. Le moment n’était certes pas approprié pour créer la confusion », admet le porte-parole du ministère. Il tient aussi à préciser que la durée de l’épreuve est d’une heure et 30 minutes, comme indiqué sur le questionnaire.

*Le prénom de l’élève a été modifié pour préserver son anonymat.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !