Xplik ou K

À chaque averse : l’eau inonde sa maison jusqu’à un mètre de haut

Inondation

Aussitôt qu’il peut à verse, cette dame ne sait plus vers qui tourner. Les autorités jouent à la sourde oreille. Elle met ce trop-plein d’eau sur le compte d’une plantation.

Priscilla habite Petit Verger, plus précisément à Jafazul Lane. Elle s’est tournée vers la rédaction d’Xplik ou K pour exprimer son malheur.

«À chaque grosse averse, la maison est inondée. Ce problème perdure depuis plus de 27 ans, mais cette fois, c’est pire ! Chaque fois, l’eau monte jusqu’à un mètre de haut. La cause principale est un terrain situé à côté de ma maison. Le propriétaire possède une plantation de bananiers et l’eau de ce champ envahit ma cour, vu que mon terrain est situé plus bas que le sien. Il n’y a aucun système pour canaliser l’eau vers un puits d’absorption. Je me suis tournée vers le conseil de district de Pamplemousses. On m’a répondu que ce problème concerne la police de l’Environnement. J’ai logé une plainte, mais jusqu’à présent, nul n’a pris contact avec moi», déplore la dame désespérée.

La rédaction s’est tournée vers l’inspecteur Jean Nobin Brasse de la Police de l’Environnement. Celui-ci explique qu’une équipe a été envoyée sur les lieux pour vérifier la nature du problème.

« Le propriétaire est absent de Maurice et c’est son neveu qui gère ledit terrain. Un délai lui a été accordé pour qu’il remette de l’ordre sur son terrain. Concernant le système de canalisation, hélas, vu que ces deux terrains sont privés, Priscilla et l’autre propriétaire devront tomber d’accord pour aménager un système de canalisation. Ni le conseil de district de Pamplemousses, ni la Police de l’Environnement ne pourront intervenir dans cette affaire privée», précise l’inspecteur. «Si jamais le nettoyage du terrain n’est pas fait, le dossier de Priscilla sera envoyé au conseil de district de Pamplemousse, qui s’occupera de le nettoyer et qui enverra une réclamation au propriétaire pour le remboursement des frais…»