Live News

Changement de fréquences : les radios privées envisagent des actions légales contre MCML

Changement de fréquences La communication aux auditeurs et les jingles sont autant de dépenses que cette décision impliquerait.

Radio Plus, Radio One et Top FM envisagent des actions légales contre Multicarrier Mauritius Ltd (MCML) qui tente de leur imposer un changement de fréquences à partir du 2 mai 2019. Des changements qui seraient hautement préjudiciables, selon les responsables des trois radios. 

Multicarrier Mauritius Ltd (MCML) veut imposer un changement de fréquences au niveau de la station de la Montagne des Signaux, l’une des plus importantes du pays, à partir du 2 mai 2019. Une décision que Radio Plus, Radio One et Top Fm considèrent unilatérale et hautement préjudiciable. Les trois radios privées du pays envisagent des actions légales contre MCML.

Dans des lettres conjointes adressées à l’Information and Communication Technologies Authority (Icta) et MCML le jeudi 18 avril, les trois opérateurs demandent que la décision soit gelée en attendant des discussions. Les deux correspondances sont en réaction à une lettre de MCML en date du 11 avril. Celle-ci informait les trois radios des changements prévus le 2 mai 2019 à la station de la Montagne des Signaux.

Selon cette configuration, Radio Plus passerait ainsi de 88,6 MHz à 98,9 MHz, Top FM de 105,7 MHz à 106,0 MHz, Radio One de 101,7 MHz à 102,4 MHz et Kool FM de 91,7 MHz à 89,3 MHz. Ces changements, selon MCML, devraient prendre effet entre 23 heures et 5 heures le 2 mai prochain. Radio Plus serait la radio la plus affectée, avec l’écart entre la fréquence actuelle et celle proposée étant presque de 10 MHz. Dans le sens inverse, Kool FM se retrouverait avec une fréquence de 89,3 MHz, très proche des 88,6 MHz qu’occupe actuellement Radio Plus.

Impact

Dans la lettre adressée à Amoordalingum Pather, Chief Executive Officer (CEO) de MCML, les représentants des trois radios privées soulignent que lors d’une réunion des acteurs concernés le 11 octobre 2018, il a surtout été question des coûts associés au passage à cinq stations de diffusion contre trois actuellement. « We also wish to further point out that the three private radio stations did never at any point in time give their agreement to the changing of frequencies », peut-on lire dans cette lettre.

Selon les trois radios privées en activité, elles n’ont pas été consultées sur le sujet alors qu’un tel changement « will impact severely on our operations as we have been broadcasting on these frequencies for a period ranging at least between sixteen to seventeen years ». La communication aux auditeurs, les jingles et les changements à la logistique affichant ces fréquences représentent autant de dépenses.

Les trois opérateurs demandent à MCML de geler le transfert des fréquences, en précisant : « We have to advise that we may have to contemplate legal action against MCML on this issue. » Dans la lettre adressée à l’Icta, ils réclament une réunion urgente avec cette instance pour trouver une solution au problème. Ils invitent l’Icta à demander à MCML de mettre en attente le projet de transfert des fréquences.

Venen Coolen, directeur d’antenne de Radio Plus, explique l’impact que ce changement de fréquences aura sur la radio si celui-ci intervient : « Nous utilisons la fréquence 88,6 depuis 17 ans. Elle couvre Port-Louis, le Nord et une partie des basses Plaines-Wilhems, ce qui représente pas loin de 200 000 auditeurs. De plus, il y a une différence de presque 10 avec la nouvelle fréquence de 98,9. » Il explique qu’en sus de cela, plusieurs voitures japonaises reconditioned en vente à Maurice ne possèdent pas de radios capables de capter des fréquences au-delà de 90 MHz.

Kris Caunhye, directeur de Top FM, renchérit : « Tout cela nécessite des discussions plus approfondies avec l’Icta. On pense qu’il est possible de l’éviter. » Selon lui, le changement de fréquences de la Montagne des Signaux n’est pas nécessaire. En l’absence de discussions, « hors de question pour les trois radios privées d’accepter des changements en étant au pied du mur ».

Nicolas Adelson, directeur de Radio One, explique que la démarche consiste surtout à exprimer les sérieux doutes des trois radios quant à la démarche de MCML. « On s’attend à ce que cette instance revienne vers nous. Nous sommes disposés à nous asseoir autour d’une table commune », dit-il.

Nous avons contacté Amoordalingum Pather pour un commentaire, mais il a déclaré qu’il préférait réserver ses explications pour plus tard. La lettre du 11 avril indique toutefois que la démarche fait partie d’un refarming exercise avec l’Agence nationale des fréquences (ANFR) de France. Rappelons que MCML a été créée en 2000 pour être le prestataire de service exclusif de la radiodiffusion terrestre, en marge de la libéralisation des ondes.

frequence

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !