Explik Ou Ka

Ces petites misères qui nous empoisonnent l’existence

À Rivière-des-Anguilles : un chauffeur d’autobus se plaint du stationnement sauvage

Avasantaraj G., un chauffeur d’autobus qui dessert les routes du Sud, se plaint du stationnement des deux côtés de la route Royale à Rivière-des-Anguilles, de la banque SBM jusqu’au showroom de Galaxy.

« Ce chemin est étroit. Avec le stationnement des deux côtés de la route, c’est très difficile de circuler. On peut se frotter avec un autre véhicule, le rayer, l’endommager ou casser son rétroviseur », explique le chauffeur.Il rappelle que le problème a déjà été rapporté à la police, à la National Transport Unit (NTA) et à la Citizen Support Unit (ticket no : 62023446), sans qu’aucune action n’ait été prise. Il réitère donc son appel aux autorités concernées.

La rédaction, de son côté, a informé la direction de la NTA de la plainte du chauffeur à travers un e-mail envoyé au directeur Kaushik Reesaul. Pris dans un premier temps dans une réunion avec le ministre du Transport puis dans une autre réunion avec les membres de son personnel, il n’a pu réagir quand il a été sollicité.

À Montagne-Longue : un gros problème pour s’approvisionner en eau

Sannu, un habitant de Morcellement VRS 2, Montagne-Longue, se plaint des difficultés pour s’approvisionner en eau. Un problème qui dure depuis fin octobre, rapporte-t-il. Il se plaint que pour la fête de Divali, il n’a pu faire le grand nettoyage comme les gens ont l’habitude de faire. Toutefois, il a pu avoir un peu d’eau grâce aux camions-citernes. « La Central Water Authority (CWA) nous a dit qu’il y a un problème dans l’endroit, mais elle n’a pu résoudre le problème jusqu’à maintenant. Pour avoir un peu d’eau, je dois prendre un petit ‘drum’ tous les jours et me rendre chez ma belle-mère à Triolet pour le remplir et revenir chez moi avec », déclare Sannu.

Contactée, la Hotline Coordinator de la CWA, Dorina Prayag, a effectivement confirmé qu’il y a un problème dans l’endroit. Elle a déclaré qu’il y avait en ce moment même une réunion au sein de la CWA pour trouver une solution à ce problème dans les jours à venir. Les informations obtenues indiquent une baisse dans le niveau de la nappe phréatique.

À Notre-Dame : Que le National Lane soit asphalté !

Sachin, la quarantaine, habite Notre-Dame. Il fait part que depuis 2014, soit depuis cinq ans, il pétitionne pour que le National Lane soit asphalté. En vain.

Quel est l’obstacle ? La rédaction s’est entretenue à ce sujet avec Sunael Purgus, le président du Conseil de district de Pamplemousses.

« À Notre-Dame, explique-t-il, on a plusieurs lanes, chemins, link roads qui appellent à un ‘resurfacing’, comme en témoignent les diverses demandes faites à la CSU ou faites directement par les membres du grand public. Lorsque nous avons ce genre de requêtes, nous dépêchons un inspecteur pour avoir la dimension du chemin et pour vérifier si c’est un passage privé ou public. Dans le cas du National Lane, qui, nous le rappelons, est un link-road (à Bhagat Road), quand nous avons constaté que c’était un passage privé, nous avons entamé des démarches pour qu’il devienne public. Il a été déclaré comme tel en 2017. »

Il poursuit : « Il faut prendre en considération un aspect important : le financement. Le projet d’asphaltage a été inclus sur la liste de notre programme et nous avons contacté la National Development Unit (NDU) pour leur demander de prendre en charge l’asphaltage. Malheureusement, je ne puis dire pour quelle raison la NDU n’a pas donné suite. Ceci dit, nous prévoyons un développement d’ici un mois. »

Sunael Purgus ajoute que l’asphaltage pour l’année financière 2019-2020 n’a pas encore commencé. Il a toutefois précisé que le budget est assez restreint. « Sous le Local Development Project Fund, nous disposons de Rs 3 millions pour 18 villages. Le District councillor de chaque village vient avec sa requête et après l’avoir présentée devant le Conseil, des officiers sont envoyés sur place pour déterminer la dimension du chemin. Si la dimension excède le montant alloué pour un village, cela devient difficile pour nous. Nous cherchons alors une deuxième option. Tous les chemins que nous ne pouvons asphalter, encore moins construire, nous les référons à la NDU », déclare-t-il.

Il dit que le souhait du Conseil de district de Pamplemousses est d’asphalter tous les chemins de tous les villages. Toutefois, il a réitéré sa promesse de faire du National Lane une priorité.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Festival International Kreole 2019