Live News

Ces bonnes nouvelles qui réchauffent le cœur… 

Vous avez été nombreux, lecteurs de Le Dimanche/ L’Hebdo, à être touchés par leurs histoires, ces coups durs de la vie. Leurs voix ont été entendues et grâce à votre solidarité, elles vont mieux. Retour sur ces événements qui vous ont marqués. 

Nathalie Labonne est à Maurice ! 

nathalie
Nathalie Labonne pourra enfin faire son deuil.

Ses pleurs ont bouleversé plus d’un. Nathalie Labonne relatait, dans l’édition de Le Dimanche/L’Hebdo du 19 septembre, son calvaire en Inde. Elle s’y était rendue avec sa fille Eva pour une opération d’urgence. Celle-ci est née avec une malformation au cœur. 

Malheureusement, la petite fille s’en est allée le 16 septembre, deux jours après son opération. Sa mère s’est retrouvée par la suite seule en Inde à faire face à plusieurs difficultés. Elle s’est sentie d’autant plus seule de devoir s’occuper de la crémation de sa fille. Alors que les autorités avaient programmé son retour une date ultérieure en octobre, elle avait lancé un cri de cœur dans l’hebdomadaire et sur la plateforme www.defimedia.info pour demander au gouvernement mauricien d’agir avec un peu plus d’humanisme : « Je ne peux pas rester enfermer dans une chambre avec les cendres de ma fille pendant plusieurs jours. Je ne vois que cette urne, svp aidez-moi. » 

Lecteurs et internautes ne sont pas restés insensibles face à cette détresse. Une levée de fonds a été organisée avec la collaboration de l’organisation Enn rev enn sourir et du groupe Solidarité Mauriciens d’ailleurs. Les contributions ont été faites à l’agence Titanium Travel pour l’achat d’un billet d’avion au coût de Rs 44 950. D’autres personnes qui souhaitent garder l’anonymat ont également contribué à cette action. 

Ainsi, le 24 septembre, Nathalie a pu prendre l’avion. Elle est actuellement en quarantaine et pourra retrouver sa famille, dont ses enfants, dans quelques jours. Des larmes lui viennent aux yeux lorsqu’elle prononce des remerciements à toutes les personnes qui l’ont aidée. « Je vous suis très reconnaissante. Je ne sais pas comment vous remercier. Je pourrai enfin faire les funérailles de ma fille, entourée de ma famille et tout cela, grâce à vous. » 


Kiara et la photo qui en dit long 

kiara
Kiara est contente de pouvoir apprendre dans une salle de classe.

Elle porte son petit uniforme avec beaucoup de fierté. La petite Kiara Larose a, non seulement, pu se rendre à l’école deux fois par semaine depuis la semaine dernière, elle a également reçu un fauteuil roulant adapté, tout neuf, de la Global Rainbow Foundation. 

Kiara est toute contente. « Li anvi al lekol toulezour », dit sa mère. Elle va bientôt faire d’autres démarches pour ses prothèses. 

Notre plus belle récompense : ce sourire dans la voix de la petite demoiselle, quand elle parle de ses journées à l’école. 


Retenues en Inde par manque de fonds  : les contributions des lecteurs aident Dorsina et sa fille à rentrer au pays 

dorsina
Son message a été partagé des milliers de fois.

Vous n’avez sans doute pas oublié le visage de cette maman qui, dans une vidéo postée sur la page Facebook du Defimedia groupe, expliquait que l’établissement hospitalier dans lequel elle se trouvait avec sa fille les retenait, car ils n’arrivaient pas à payer la somme restante de Rs 160 000. « Zot ti dir mwa si mo pa paye, mo pa kapav retourn moris. » 

Avec l’aide de son papa, elle avait réussi à réunir une petite somme, mais elle était loin du compte. Son histoire a été vue et partagée sur les réseaux sociaux par des milliers de personnes, et finalement, l’hôpital avait décidée de revoir la facture sur une base humanitaire. 

Mo dir mersi lopital ek zot tou, pou tou seki zot inn fer pou mwa»

Grâce à la générosité de tout un chacun, Dorsina a finalement pu régler la note et a pris l’avion avec sa fille, le 16 septembre dernier. Elle est toujours en quarantaine avec son bébé et a hâte de recommencer une nouvelle vie aux côtés de sa famille dans sa maison. « C’est la première fois que mon bébé rentrera à la maison depuis qu’elle est née. Jusqu’ici, elle avait passé toute son existence entre les quatre murs des hôpitaux. » Elle pense déjà à toutes les anecdotes qu’elle pourra raconter à la petite fille quand elle sera grande. 

Dorsina n’a pas manqué de faire une autre vidéo pour exprimer sa gratitude : « Mo dir mersi lopital ek zot tou, pou tou seki zot inn fer pou mwa. » 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !