Live News

Ces bébés qui ont vu le jour pendant le confinement

Le couple Para tient son premier-né dans ses bras. Steeven Untah, l'interprète de «Ti lamars Serpent» est devenu papa pour la seconde fois

Certaines familles ont accueilli un heureux événement en cette période de confinement. Même si les choses ne sont pas toujours passées comme elles l’auraient souhaité, ce fut quand même un moment de bonheur intense. Rencontre avec ces familles qui s’agrandissent.

Le 24 mars dernier, Nisha Sewsurn a mis au monde son troisième enfant. Il était prévu qu’elle accoucherait le 5 avril. Mais les choses se sont précipitées, comme nous le confie la mère.

« Le lundi 23 mars, je ne me sentais pas bien. J’ai commencé à ressentir des douleurs. Mon époux m’a emmenée à l’hôpital. Nous avons pris le sac préparé d’avance », raconte cette habitante de Sébastopol. Sur avis médical, elle est restée à l’hôpital. Son mari a dû rentrer à la maison et n’apu lui rendre visite en raison du confinement. Il devait d’ailleurs s’occuper de leurs deux enfants âgés de 8 et 13 ans.   

Le jour suivant l’admission de Nisha, le médecin qui a procédé dès le matin à des examens, a recommandéune césarienne. « J’ai accepté mais avant d’aller au bloc opératoire, j’ai passé un coup de fil à mon époux. Ne pas être à mes côtés le rendait triste. Moi, je n’arrêtais pas de penser à mes enfants.  La fermeture des supermarchés étant prévue pour le 25 mars et cela m’inquiétait», dit-elle. 

Finalement Nisha Sewsurn donnera naissance à un garçon. Elle va aussi passer une semaine à l’hôpital et cela sans voir personne et encore moins son époux et ses enfants. 

« J’étais contente lorsque j’ai pu finalement rentrer à la maison. »

« Dans la culture hindoue, il y a des rituels à observer après la naissance d’un enfant. Nous ne pouvions inviter nos proches à cette occasion. Mon époux et moi avons essayé de  l’accomplir », dit Nisha qui dira enfin qu’il faudra attendre la fin du confinement pour pouvoir déclarer la naissance du bébé au bureau de l’État Civil.

para
Le couple Para tient son premier-né dans ses bras

En route pour la clinique, une femme enceinte et son époux stoppés à un barrage policier

Le couple Para a accueilli leur premier enfant le 23 mars. « Quand le confinement a été annoncé, la panique nous a gagnés, car la grossesse arrivait à son terme. Le médecin a conseillé d’appeler la clinique avant de nous y rendre », raconte Angel Para. Cet habitant de Notre-Dame nous parle des douleurs qui ont commencé dans la soirée du dimanche 22 mars.

« Mon mari a pris le téléphone et a eu au bout du fil un membre du personnel de la clinique. Celui-ci nous a demandé de compter la fréquence des contractions. Si elles ne sont pas régulières, il n'était pas nécessaire de faire le déplacement tout de suite. Mais comme on se perdait, nous avions décidé de passer outre et avons pris la voiture dès les premières contractions», confie Angel.

En route, ils croisent un barrage policier. « Les agents ont compris que ma femme attendait son bébé et ils nous ont aussitôt laissés passer. Comme le temps presse, nous avons espéré qu’il n’y aurait pas d’autres barrages qui nous feraient perdre encore du temps. Nous sommes enfin arrivés à la clinique. Le bébé est né le lendemain. Il a fallu recourir à une césarienne. Nous n’y étions pas préparés. Je n’ai pas pu assister à l’accouchement comme prévu. C’était comme un rêve qui s’est brisé », lâche le père.

steeven
Steeven Untah, l'interprète de «Ti lamars Serpent», est devenu papa pour la seconde fois

Puis, il y a la clinique qui a décrété des règles strictes. Aucun visiteur n’est autorisé à l’intérieur des salles. Angel et son épouse sont restés confinés dans la chambre de la clinique pendant quatre jours. 

Le père n’a que 20 ans, mais prêt à relever le défi

Steeven Untah, plus connu comme Baron son nom d’artiste, est devenu papa le 31 mars. L’interprète et auteur de «Ti lamars serpent», âgé de 20 ans, se dit prêt à relever le défi. 

« Je suis très content de devenir papa pour la deuxième fois. Ma partenaire a dû passer par la césarienne pour donner naissance à notre fille. Elles se portent bien et sont hospitalisées depuis une semaine. Je ne les ai pas encore vues. Ma partenaire m’a envoyé une photo du bébé. Il nous est déconseillé à tous de les rendre visite pendant cette pandémie », dit cet habitant de Cité La Cure. 

La mère et le bébé qui se portent bien sont attendus à la maison ce jeudi 9 avril. Dans l’attente des réjouissances à la fin du confinement.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !