Actualités

Centres de fitness privés: le gouvernement brandit l’épouvantail des amendements

Les opérateurs des centres de fitness privés voulaient que les frais d’examen d’un véhicule passent de Rs 600 à Rs 650 après un an d’activité. Une demande rejetée par le gouvernement. Ils sont finalement rentrés dans les rangs. Mais pour que la privatisation ait lieu, des amendements devront être apportés à la Road Traffic Act.

Il n’y aura pas de privatisation sans amendement à la Road Traffic Act. C’est le message envoyé par le ministère des Infrastructures publiques aux opérateurs des centres de fitness privés qui font de la résistance. Ces derniers insistent pour que les frais liés à l’examen d’un véhicule passent de Rs 600 à Rs 650 après un an d’opération.

Or, le gouvernement refuse d’accéder à cette demande. Il fait valoir que bien que les opérateurs se préparent à entrer en opération dans moins de trois semaines, soit le 16 août, il faudra obligatoirement passer par le Parlement au préalable. Du coup, tout le monde est rentré dans le rang.

La Letter of Comfort, signée par les trois opérateurs, en l’occurrence Autocheck à Plaine-Lauzun, SGS à Forest Side et Eastern Vehicle Examination Centre à L’Aventure, incluait une clause pour l’augmentation des frais en janvier 2017. Si les automobilistes paient actuellement Rs 400 pour faire examiner leurs véhicules aux deux centres de la National Transport Authority, ils devront débourser Rs 600 dès l’entrée en opération des centres privés.

Mais le gouvernement a changé d’avis concernant des hausses futures préprogrammées des frais. « Ce n’est pas possible que les frais augmentent chaque année. Le gouvernement ne l’accepte pas », affirme une source au ministère. D’ailleurs, ajoute-t-elle, la question de cette hausse a été « un grand point de désaccord ».

Notre source précise que le gouvernement a fait connaître sa position aux opérateurs dans un courrier officiel en date du 5 juillet. « Nous attendons leur réaction. Mais pour que l’obtention du fitness devienne privée, la loi devra être amendée. Nous n’irons au Parlement que si les opérateurs acceptent. »   L’argument semble avoir fait mouche, car, en fin de semaine, tous les opérateurs s’étaient mis d’accord pour que les frais soient fixés à Rs 600. Si Autocheck avait, d’emblée, accepté la nouvelle condition du ministère, Eastern Vehicle Examination Centre et SGS avaient tenté de résister, avant de rentrer dans le rang eux aussi.

« Nous avions tout réglé. Mais le ministre et ses conseillers nous ont informés que des gens protestaient contre la hausse l’année prochaine. Il y avait un fine tuning à faire. Nous sommes, toutefois, d’accord et nous collaborons », déclare une source de l’Eastern Vehicle Examination Centre. Même son de cloche du côté de SGS.

Du coup, tout le monde est sur la même longueur d’onde pour une entrée en opération le 16 août. Reste, cependant, à trouver le temps de faire voter les amendements à la Road Traffic Act et d’attendre la promulgation. Du côté des opérateurs, on indique que cela pourrait occasionner un retard dans l’entrée en opération des centres. Mais une source au ministère confie qu’on « peut tout le temps trouver une solution ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !