Xplik ou K

Cédric Coret crie à l’injustice : bras de fer entre l’athlète et sa Fédération

Cédric Coret et Magarajen Moonien Cédric Coret. Magarajen Moonien, président de la Fédération mauricienne d’haltérophilie.

Cédric Coret dit avoir été privé d’une participation aux championnats d’Afrique d’haltérophilie. Selon le leveur de fonte, il avait été présélectionné pour ce déplacement en Égypte, mais qu’il aurait été retiré de cette liste avant les jeux, « sans raison apparente ». Le président de la Fédération Mauricienne d’haltérophilie, Magarajen Moonien, soutient que ce sont des raisons financières qui ont privé Cédric Coret de compétition. 

Cédric Coret est âgé de 27 ans et habite Curepipe. Ce jeune haltérophile, qui compte 10 ans de carrière dans cette discipline, a représenté le pays sur le plan national et international. Il dit toutefois être victime « de préjudices et d’injustices » de la part de la Fédération mauricienne d’haltérophilie. Et selon ses dires, « ce n’est pas la première fois ».

L’athlète raconte que lorsqu’il était en stage en Roumanie, de février à avril cette année, pour préparer les Jeux des Îles de l’océan Indien, prévus en juillet, le Directeur technique national (DTN) lui avait dit que son nom figurait sur la liste des présélectionnés pour les Championnats d’Afrique en Égypte qui ont débuté le 24 avril 2019.

« Dabija Constantin, le DTN, avait déjà soumis la liste des athlètes les plus méritants pour participer à la compétition, une semaine avant le départ. Peu avant le retour de notre stage en Roumanie, j’ai appris que je n’allais pas être du voyage. Une décision prise par la Fédération. Je n’ai pas eu plus de détails à ce propos. Je n’ai reçu aucune lettre ni même une réunion pour des explications », déplore Cédric Coret.

Aucune explication

« En 2016, la même chose m’est arrivée, et malgré cela, je n’ai toujours pas su pourquoi on m’avait privé de compétition. Rien n’est formel dans la décision qui a été prise. À l’heure à laquelle les athlètes ont pris l’avion, je ne savais toujours pas pourquoi on m’a retiré de l’équipe. C’est au DTN de décider. La fédération ne peut décider pour le DTN, parce que les autres ne connaissent pas les performances des athlètes. Lorsque j’ai réclamé des explications, on m’a dit que mon nom ne figurait pas sur la liste, alors que c’est faux », déplore Cédric Coret.

Ce qui rend la tâche plus compliquée, selon lui, c’est qu’il n’y a aucune porte où frapper. « C’est triste de voir que, lorsque nous faisons appel au ministère de la Jeunesse et des Sports, on nous informe que le ministère ne peut s’ingérer dans le fonctionnement interne des fédérations. Sur quelles bases se sont-ils fondés pour me biffer de la liste ? », demande encore l’athlète.

Budget restreint

Le président de la fédération, Magarajen Moonien, explique qu’il s’est basé sur la liste qui lui est parvenue. « J’ai reçu une liste de potentiels médaillés aux Championnats d’Afrique. Sept noms figuraient sur la liste du DTN, dont deux (incluant celui de Cédric Coret) qui avaient été recommandés », explique le président. Magarajen Moonien soutient que cette compétition n’était pas prévue à son calendrier et que, faute de moyens, la fédération a dû prendre des décisions. « Les contraintes budgétaires ne nous permettent pas d’envoyer tous les athlètes. Cette compétition n’était pas prévue dans notre budget. Normalement, quand il y a les Jeux d’Afrique, il n’y a pas de Championnats d’Afrique, or exceptionnellement cette année, il a eu ces deux compétitions à cause des Jeux olympiques de Tokyo de 2020 qui approchent. Il faut passer les épreuves de qualification. Le nom de Cédric Coret n’a malheureusement pas été retenu », assure Magarajen Moonien. Le président précise qu’à aucun moment, il n’aurait promis à Cédric qu’il participerait
aux championnats.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !