Live News

CEB : l’introduction d’un nouveau système pour enregistrer la  présence des employés fait grincer les dents

L’introduction d’un nouveau système pour enregistrer la présence des employés au Central Electricity Board (CEB) provoque des grincements de dents. Certains des employés ont refusé de récupérer leur carte et n’ont pu avoir accès à leur lieu de travail ce mardi 11 septembre. Des plaintes ont été déposées dans différents postes de police.

« Les employés ne veulent pas prendre la carte de présence car ils disent ignorer son contenu. Il y a un problème de légalité que le CEB doit prendre en considération. Le ministre concerné qui est également un avocat doit se demander pourquoi cet organisme vient imposer cette carte de présence », a déclaré le syndicaliste Jack Bizlall à Radio Plus, ce mardi matin 11 septembre. 

Du côté de la direction du CEB, on affirme que cette mesure a été prise pour instaurer la discipline suite à des cas de fraude. 

«L’introduction de cette carte a pour objectif d’instaurer une culture de discipline. Car, des abus ont été notés dans le système de signature manuscrite. Certains utilisent le système électronique et d’autres, épaulés par leur syndicat, contestent cette mesure. Je ne sais pas pourquoi une carte leur fait peur. Si quelqu’un refuse d'obéir à un ordre de la direction, des actions disciplinaires sont à prévoir », prévient Shamshir Mukoon, directeur général du CEB.

Une réunion tripartite aura lieu au siège du ministère du Travail, à Port-Louis, ce mardi après-midi pour décanter la situation.