Live News

Career Fair and Learning Lounge : un concept centré sur l’individu

Le salon de l’apprentissage et de l’emploi, organisé par la Défi Training School et l’Afri Talent Management Ltd, offrira un nouveau concept, bien plus centré sur le développement humain et les ressources humaines que  d’autres  précédents salons  Ce salon se tiendra du 20 au 22 mars au Caudan Arts Centre.

Avec un concept moderne et inédit dans son approche et dans ses thématiques,  le Career Fair and Learning Lounge, entend offrir de belles perspectives aux étudiants. 

Le public pourra, à travers des rencontres uniques, des conférences, des échanges (One to One avec des recruteurs), des conseils et des sessions de coachings avec des experts, découvrir les nouveautés du marché du travail, qui est en perpétuel changement. 

Yousouf Jookhun, fondateur et directeur d’Afri Talent Management, est un expert reconnu à l’échelle internationale dans les domaines de l’apprentissage. Il  a occupé des postes de direction dans les organisations internationales en Europe, à Maurice et en Afrique.

Quel est l’idée derrière ce nouveau concept ?
C’est un concept moderne, bien plus centré sur l’individu. L’étudiant ou le professionnel sera guidé par une panoplie d’experts en se basant sur les préférences et attentes de l’individu. Il sera aussi sensibilisé sur les demandes du marché du travail à l’avenir. Je  m’explique. Un métier d’aujourd’hui peut disparaître dans cinq ans, ou même être tellement saturé que ces jeunes, peuvent se retrouver sans emploi à leur retour des études. Nous, au niveau d’Afri Talent Management, mettons l’accent sur le développement des compétences. Avoir un MBA ou un autre diplôme n’est pas synonyme de réussite. Il faut d’autres compétences et les compagnies recherchent un personnel avec des compétences multiples. Ainsi, nous allons amener les participants à  avoir une réflexion sur le monde du travail de demain, connaître les compétences recherchées aujourd’hui et celles qui seront essentielles et nécessaires dans le futur. Cette réflexion influencera ainsi leur choix d’études ou de carrière professionnelle.

Ce sera aussi une aubaine pour ces compagnies de rencontrer des talents. Le concept est simple. Nous allons privilégier une approche plus personnelle entre les demandeurs d’emploi et  les  recruteurs.. Le concept de salon vise à éclaircir l’étudiant ou le professionel avec autant de réponses, et cela, dans de nombreux espaces privés pour favoriser les échanges.

Nous parlons du ‘Future of Work’. Quelle est votre opinion sur le monde du travail actuel à Maurice ?
À Maurice nous avons seulement une ressource:  l’humain. On doit se focaliser sur le développement de l’humain et des compétences avant tout. Nous avons beaucoup de défis, avec une population vieillissante.  L’employé talentueux a une grande mobilité.  Sans compter que des Mauriciens talentueux se rendent à l’étranger. Si on n’a pas ces compétences, il faudra faire une croix sur les nombreux piliers économiques annoncés, comme le Fintech. Aujourd’hui, dans les journaux, on cherche des caissiers dans les banques. Mais dans cinq ans, avec les technologies à venir, on n’aura plus besoin de caissiers, les ATM pourront tout faire. 

Avoir un MBA ou un autre diplôme n’est pas synonyme de réussite. Il faut d’autres compétences et les compagnies recherchent un personnel avec des compétences multiples»

Quelles sont les perspectives d’avenir pour les collégiens qui viennent de terminer leur HSC ?
Nous allons avoir une attention spéciale pour les collégiens qui viennent d’obtenir leurs résultats. 

Ceux qui n’ont malheureusement pas obtenu des résultats brillants ne seront pas laissés pour compte. Au contraire, ils ont eux aussi un avenir prometteur. Ils pourront poursuivre leurs études.. Les compagnies en informatique vont les privilégient. Avec des jeunes qu’ils peuvent eux mêmes former, et leur inculquer les compétences nécessaires..

Et pour les collégiens qui n’ont pas obtenu les 5 Credits au SC ?
Ils ne peuvent pas s’arrêter là. Il n’y a pas que les polytechniques. Bon nombre d’institutions acceptent ces jeunes pour des diplômes. Nous allons les encadrer et connaître leurs aspirations, dénicher leur véritable potentiel. Ils n’ont peut-être pas été capables de briller académiquement, mais ils peuvent bien faire dans d’autres secteurs d’activités. Toute personne est unique et a une valeur. Il y a beaucoup de possibilités de carrières aussi pour eux. Une anecdote : beaucoup d’hommes d’affaires, de grand noms, n’ont pas fait de brillantes études. Certains n’ont même pas de diplôme ou de certificat de SC ou d’HSC.

Quelles sont les priorités ? 
Les thèmes qui seront abordés  lors des conférences sont l’impact du numérique sur le monde du travail, l’économie mondiale et les opportunités en Afrique, les compétences de demain, et le recrutement et l’intégration des personnes à mobilité réduite (les personnes ayant un handicap). 

Les entreprises doivent se transformer et s’adapter avec le temps. Un des chantiers de cette transformation est l’acquisition de nouvelles compétences, en adéquation avec les évolutions technologiques, économiques et organisationnelles, ce qui permet aux collaborateurs de se construire un parcours épanouissant.

Le rapport Deloitte de 2018 utilisé comme base pour ce nouveau concept

Selon le rapport publié par le cabinet Deloitte, 2018 Global Human Capital Trends, le constat est que les organisations ne sont plus jugées uniquement pour leur performance financière, voire la qualité de leurs produits ou services. Elles sont plutôt évaluées sur leur impact sur la communauté dans son ensemble. Elles sont jugées sur la base de leurs relations avec leurs collaborateurs, leurs clients et leurs communautés. Les ressources humaines, ou le capital humain, ne font pas référence au nombre d’employés, mais à leurs connaissances, compétences, expériences, et leur engagement envers l’organisation.

Chaque entreprise doit ainsi s’investir dans la durée, dans une démarche de développement et d’accompagnement de son capital humain, être plus à l’écoute, mettre en œuvre les solutions adéquates afin de répondre aux exigences du monde économique. Les entreprises doivent aussi s’adapter au rythme des changements actuels et à venir. Elle doit combiner croissance des revenus et rentabilité, avec la nécessité de respecter et de soutenir son environnement et son réseau. Cela comprend l’écoute,

l’investissement et la gestion active des ressources humaines.

defitraining

 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !