Faits Divers

À Cap-Malheureux : une femme agressée sexuellement par son époux

hopital du nord

Une femme de 23 ans allègue avoir été victime d’agression sexuelle. Son agresseur présumé n’est nul autre que son époux. Les faits se seraient produits samedi après-midi à Cap-Malheureux. Selon la victime, son époux n’aurait pas supporté qu’elle le quitte. Admise à l’hôpital, dimanche, elle a rapporté le cas à la police de Grand-Baie.

Que s’est-il vraiment passé ? C’est ce que tentent d’établir les enquêteurs après la plainte de la jeune femme. Aux dires de la victime, cela fait cinq ans qu’elle connaît son agresseur présumé. « Nous habitons le même endroit. Après notre rencontre au bout de quelques mois seulement nous avons contracté le Nikka », relate-t-elle. Le couple a un bébé d’un an et demi. Mais peu après, poursuit-elle, son époux, âgé de 25 ans, a changé d’attitude.

« Il est jaloux et cela donne lieu à des disputes. Il devient violent et me frappe », ajoute-t-elle. Lasse de cette situation, elle est allée vivre chez sa mère. Depuis, l’époux voulait qu’elle revienne vivre sous le toit conjugal.

Samedi, la jeune maman, qui travaille comme vendeuse, a quitté la maison dans l’après-midi pour se rendre au travail. « Ler mo pe ale, linn aret ek mwa. Li pe dir mwa retourne, me monn refize. Linn diskite e nou bebe ki ti dan loto ek li, inn koumans plore. » Elle dit être alors montée dans la voiture pour calmer leur enfant.

« Linn demare, li amen mwa dans nou lakaz. Laba linn rekoumans diskite, lerla linn agres mwa », avance-elle. Après l’agression, l’époux est reparti. Elle a prévenu ses proches. Conduite à l’hôpital SSRN, Pamplemousses, elle a reçu les premiers soins avant d’être admise. La police de l’hôpital a informé celle de Grand-Baie.

Dimanche, la jeune femme a été examinée par un médecin de la police et a relaté les fâcheux événements du samedi aux policiers. L’époux a été arrêté lundi. Il nie avoir violé son épouse. Il a été placé en cellule policière.