Actualités

Campagne contre les chauves-souris : l’État évoque des pertes de Rs 65 M

La demande d’injonction réclamée par l’Ong DIS-MOI a été appelée le vendredi 7 décembre. C’était en Cour suprême, devant la juge Gaitree Jugessur-Manna, siégeant en référé. L’Ong réclame un ordre intérimaire contre l’abattage de chauves-souris. La demande est dirigée contre le ministère de l’Agro-industrie. 

Me Verna Nirsimloo, Chief State Attorney et représentant les codéfendeurs, a déposé un contre-affidavit au nom de l’État. Il s’agit d’un affidavit juré par Kevin Ruhomaun, directeur par intérim du National Parks and Conservation Service (NPCS). Celui-ci évoque la nécessité d'abattre les chauves-souris à Maurice, vu que la population de chauves-souris « a augmenté considérablement durant des années et cause des dommages substantiels à notre économie ».

Kevin Ruhomaun a fait valoir que la campagne pour l’abattage de chauves-souris à Maurice est une mesure prise par le Cabinet le 27 juillet 2018. Il déclare dans son affidavit qu’il n’y a pas d’abattage en masse de chauves-souris à Maurice. Seul le nombre de 12 000 chauves-souris est visé. Il ajoute que la population de chauve-souris à Maurice s’élève à 62 937 à octobre 2017. La campagne d’abattage prend fin le 10 décembre 2018. « Les chauves-souris consomment environ 50 000 kg de litchis par an, entraînant une perte entre Rs 60 M à 65 M », dit le directeur par intérim du NPCS. 
Pour éviter les dommages, dit-il, dans le document, l'État a lancé le programme de compensation, cela en imposant un programme de moustiquaire. Ce projet a été lancé par l’Agricultural Research and Extension Institute depuis 2009. Un montant total de Rs 43,7 M a été accordé à 9866 bénéficiaires pour la période allant de 2009 à 2017, soutient Kevin Ruhomaun. 

L’affaire sera appelée le 14 janvier 2019, cela pour permettre à l’Ong de répondre à l’affidavit des codéfendeurs. 
L’Ong a retenu les services de l’avocat Erickson Mooneapillay et de l’avoué Roshan Rajroop.