Faits Divers

Calvaire d’une adolescente : un objet sexuel après la mort de sa mère

Une adolescente de 13 ans allègue avoir été victime d’abus sexuel de la part du compagnon de sa défunte mère. Son calvaire aurait commencé l’année dernière et se serait poursuivi cette année. L’homme l’aurait utilisé comme objet sexuel à son domicile, dans les Plaines Wilhems, après le décès de sa mère.

Ne pouvant plus supporter ce calvaire, la jeune fille a tout raconté à une amie et a porté plainte. Elle est revenue en détails sur cette affaire qui la hante. Accompagnée d’un proche et d’un préposé de la Family Welfare Protection Unit, le 20 février, son amie et elle se sont rendues au poste de police. Dans son récit, elle explique qu’elle vivait avec sa mère qui habite chez son compagnon, mais que son séjour chez ce dernier ne se serait pas passé comme prévu.

Un jour, le concubin de sa mère lui aurait donné son smartphone. Il lui aurait ensuite demandé de faire des photos de ses parties intimes. En échange, il lui aurait promis plusieurs choses, comme l’achat d’une boisson qu’elle apprécie, le libre accès au WiFi de la maison et la permission de sortir avec ses amis. 

À la fin d’octobre, le compagnon de sa mère s’est montré de plus en plus insistant, a-t-elle indiqué dans sa déposition. Elle a aussi indiqué que l’homme lui faisait subir des sévices sexuels quand sa mère participait à des sessions de prière. 

Le 1er novembre, sa mère est décédée. Son frère et elle ont continué à vivre chez le compagnon de celle-ci. Il a commis des attouchements sexuels sur la jeune fille une semaine après la mort de sa mère. Il aurait abusé d’elle tous les jours. Lasse de cette situation, elle a tout révélé à une camarade de classe, qui, à son tour, a alerté une enseignante. La sœur de la victime a aussi été prévenue. Et la plaignante a été examinée par un médecin de la police. 

Le suspect s’est présenté au poste de police avec son homme de loi, le mercredi 26 février. Il a nié les accusations de l’adolescente. Il répond d’une accusation provisoire d’abus sur mineur et la liberté provisoire lui a été accordée après qu’il ait fourni une caution.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !