Economie

Café de Chamarel : quatre nouvelles saveurs sur le marché

cafe La cueillette du café se fait toujours à la main.

« Grand Matin, Classic, Premium et Grand Cru. » Ce sont les quatre noms qui intégreront le vocabulaire des amateurs du Café de Chamarel. La compagnie a présenté ses nouveaux produits mercredi au Case Noyale Lodge.

Après plus de 60 années d’existence, Le Café de Chamarel se rajeunit. Elle dispose d’une nouvelle gamme de café qui se décline en quatre saveurs « Grand Matin », « Classic », « Premium » et « Grand Cru ». Soucieuse de préserver une tradition qui a forgé au fil des années sa renommée chez les connaisseurs, la compagnie présente une nouvelle gamme de café qui conserve toute l’authenticité de la marque. « Cette nouvelle gamme vient démontrer que le café mauricien n’a rien à envier aux plus grands producteurs mondiaux », affirme Michel Pilot, Chief Executive Officer du pôle Agribusiness de Rogers. Ces produits sont disponibles dans les supermarchés.

De son côté, Mario Coiffic, Agricultural Operational Manager de la compagnie de Bel Ombre, propriétaire de la compagnie, explique que Le Café de Chamarel privilégie toujours les méthodes traditionnelles. Et ce, afin de conserver au maximum les arômes naturels des grains de café. Ce qui veut dire que la cueillette se fait toujours à la main et la méthode de torréfaction se fait toujours à l’ancienne.

Rappelons que c’est dans les années 60 que la compagnie sucrière de Bel Ombre a fait l’acquisition des terrains à Chamarel pour y cultiver du café. Elle a privilégié la culture de l’Arabica qui est plus adaptée au terroir et aux conditions climatiques locales. En 1970, les premiers grains sont récoltés et torréfiés par Case Noyale Ltée, filiale de la compagnie de Bel Ombre. Au fil des années, le café mauricien s’impose aux amateurs tant mauriciens que touristes et qui, dit-on, a un goût unique au monde.

La compagnie envisage de cultiver également des brèdes songe sur le lit des rivières à Bel Ombre aussi bien que des ananas et des pitayas. Elle a aussi mis une production de palmiste à Case Noyale. De plus, elle envisage un projet de verger à Chamarel pour la culture d’agrumes (bergamote, citron).

  • Made for more