Live News

Bulletins de vote retrouvés dans la nature : des fonctionnaires et des agents politiques seront interrogés 

Irfan Rahman Irfan Rahman a indiqué que la commission électorale sera sans pitié envers les fonctionnaires s’ils ont failli à leur tâche.

L’enquête sur les deux bulletins de vote retrouvés dans la nature la semaine dernière prend une autre tournure. Une vingtaine d’enquêteurs du Central Criminal Investigation Department issus de trois équipes cuisineront les fonctionnaires et agents politiques de service dans les deux écoles le jour du vote et durant le dépouillement.

Les enquêteurs attendent la liste des fonctionnaires (Senior Presiding Officers, Poll Clerks et policiers, etc.), et des agents politiques qui ont travaillé le jour des élections et celui du dépouillement des bulletins. Selon des renseignements, tous les fonctionnaires qui étaient de service ces deux jours-là seront interrogés de façon à permettre aux enquêteurs d’y « voir plus clair » dans cette affaire de bulletins de vote retrouvés dans la nature. Au niveau des Casernes centrales, on explique qu’aucune piste n’est négligée. 

Deux scénarios sont privilégiés pour le moment. Le premier, selon un haut gradé basé au Central Criminal Investigation Department (CCID), aurait pu se produire le jour du vote. Selon lui, un électeur aurait pu, après avoir accompli son devoir civique, glisser une feuille de papier vierge (à la place de son bulletin de vote) dans l’urne et sortir du centre de vote avec son bulletin de vote. 

Le deuxième scénario, poursuit notre enquêteur, serait qu’un fonctionnaire, qui était de service le jour du vote, ait caché le bulletin de vote lors de l’ouverture des urnes juste avant le dépouillement pour ensuite remettre le document à une tierce personne.

L’enquête policière se poursuit. Les éléments du CCID visionneront également les caméras opérationnelles dans les centres de vote. Les candidats qui ont alerté les autorités concernées, à savoir Shakeel Mohamed et Toussaint Ninchley Matombé, aussi connu comme Ras Ninin, seront interrogés durant la semaine. 

Lors d’une conférence de presse samedi, le commissaire électoral Irfan Rahman n’a pas mâché ses mots envers les fonctionnaires qui auraient failli à leur tâche. « La commission électorale sera sans pitié envers les fonctionnaires affectés aux bureaux de vote s’ils ont failli à leur tâche. Si nou gagn zot, nou garanti ou nou pou san pitié… » a-t-il dit. Selon la loi, sortir un bulletin en dehors d’un centre de vote est un délit criminel hautement condamnable sous l’article 71 de la Representation of the People Act.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !