Economie

Budget : la MEXA croit dans une reprise du secteur de l’exportation

port louis

Les industriels attendent une reprise du secteur de l’exportation à Maurice. La Mauritius Export Association en fait état dans son mémorandum dans le cadre de la préparation du budget national.

La Mauritius Export Association (MEXA) est d’avis que l’État est idéalement placé pour apporter un soutien disruptif à la base exportatrice selon un mécanisme totalement nouveau. Contrairement à la Chine et l’Inde qui bénéficient d’un important marché domestique, le secteur d’exportation de produits manufacturés doit pouvoir s’adapter aux temps modernes, prôner une vision moderne et adopter des nouvelles pratiques tout en restant en accord avec nos convictions durables.

« Afin d’arriver à cette vision, nous réclamons des investissements massifs dans des nouvelles technologies et procédés tels que l’automatisation, la numérisation, la durabilité et le commerce électronique. Alors que nous intégrons davantage de services innovateurs dans la fabrication de produits, notre industrie manufacturière se transformera en un nouveau secteur qui générera des emplois à valeur élevée pour la prochaine génération de Mauriciens et modifiera radicalement notre économie », souligne l’association.

Elle note que deux manufacturiers de vêtements ont mis fin à leurs opérations lors du premier trimestre de cette année pendant que d’autres compagnies montrent des signes de difficultés. Les principales raisons derrière ce ralentissement sont quadruples : des niveaux élevés de dette couplés avec des baisses aiguës de fonds de roulement ; des coûts qui continuent à monter en flèche ; des prix inférieurs et une roupie en appréciation.

« En raison des faiblesses inhérentes de nos marchés traditionnels, les conditions de paiements sont allongées dans le temps affectant ainsi le mouvement du fonds de roulement des entreprises exportatrices. En outre, il y a un manque de confiance des banques à Maurice qui n’accordent pas l’attention au secteur manufacturier dédié à l’exportation. Ce dernier est considéré comme ayant un haut risque et les banques commerciales sont peu enclins à prolonger les facilités d’escompte au-delà de la période de 30 à 60 jours. Ce manque de confiance est un handicap sérieux bien que le modèle d’affaires sous-jacent reste viable. Dans ce contexte, il est impératif que le gouvernement vienne de l’avant avec des mesures financières pour offrir des options à ces entreprises outre celles offertes par les banques », souligne la MEXA.

Au chapitre des recommandations figurent : un plan global de restructuration financière et opérationnelle ; un plan de soutien pour le secteur manufacturier orienté vers l’exportation ; un parcours de transformation intitulé « Into   an   Agile   and   Innovative,   Digitally-connected   and Sustainable Industrial Cluster » ; faciliter l’automatisation avec l’aide de la technologie et de l’innovation ;  raviver la propension à investir ; améliorer la vitesse de commercialisation ; une seconde naissance au secteur du textile et de l’habillement afin d’en faire un hub régional ; activer une stratégie d’exportation vers l’Afrique ; faire progresser la présence de Maurice sur les marchés du continent ; développer un secteur high-tech ; la mise à contribution des avis du groupe de réflexion de haut niveau de la MEXA, libérer le potentiel économique de l’océan.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !